Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.


- 1er prix CP -
Maël NARRADON


CP: Julian GAC


CP: Julie DA SILVA



- 1er prix CE1 -
Alice MEMERY

 


CE1:
Louis LARSONNEUR-MASSÉ
 


CE1: Fanny  LE PAUL

 

- 1er prix CM2 -
   Camille FLOUR
 

 L'armada de Noël.©    


Un conte de Noël écrit par Yannick LOUKIANOFF
illustré par les enfants des Ecoles Saint-Joseph et Jean-Monnet du Conquet
Bravo à tous les écoliers participants que nous avons eu bien du mal à départager !

  Vous n'avez jamais entendu parler de l'armada de Noël ? Je vais pourtant vous raconter ce qui m'est arrivé l'hiver dernier en mer d'Iroise.

   Seul à bord de ma petite barque de pêche, j'avais quitté le port du Conquet beaucoup plus tôt que d'habitude cette nuit-là, vers onze heures du soir au lieu de quatre heures du matin. Nous étions le 24 décembre et j'avais fini de réveillonner modestement chez moi, en compagnie de ma femme, en regardant à la télévision une émission de variétés. Nous devions recevoir le lendemain midi, pour le repas du jour de Noël, ma fille, son mari, et leurs deux enfants de cinq et huit ans. Vous devinez donc qu'en prévision de cette petite réception, j'avais bien pris soin de mouiller, la veille, en pleine mer, cinq ou six casiers non loin du phare du Four. J'avais bon espoir de remonter quelques jolis crustacés qui feraient les délices de mes petits-enfants. Au moins quelques gros crabes, mais pourquoi pas aussi un homard ou une belle langouste ?
   La mer était calme, toutefois Avel-Mor n'avançait pas très vite. Le moteur de ma vieille barque ressemblait à son propriétaire: trop sensible au froid hivernal, sans doute, il toussait beaucoup et malgré les soins que je lui prodiguais, la burette d'huile à la main, je craignais la panne à chaque instant.
   La nuit était claire. Je distinguais très bien, au loin à bâbord, le contour bien connu des îles de l'archipel d'où Molène se détachait, brillante de toutes ses fenêtres allumées. Plus loin, je devinais les hautes falaises d'Ouessant sous le pinceau éblouissant du phare du Stiff. A tribord, le dessin de la côte continentale était jalonné çà et là d'agglomérations brillamment éclairées. J'avais mis le cap sur le phare du Four que j'avais reconnu à ses cinq éclats blancs.

   Après avoir dépassé les balises d'Argenton, je commençais à remonter mon premier casier lorsque je vis soudain arriver vers moi une nuée de petits points lumineux minuscules qui semblaient flotter sur la mer. Je relâchai aussitôt le bout et sa bouée pour me ruer sur la barre afin d'éviter une collision avec ces lumières inconnues. Des navires ? Ce n'était pas possible, les points lumineux n'auraient pas ainsi frôlé la surface des vagues. Et ils étaient des milliers.


   Quelques instants plus tard, je vis les deux premiers dauphins. Ils nageaient sagement l'un à côté de l'autre à une trentaine de mètres de ma barque en faisant périodiquement le gros dos entre les vagues. Des guirlandes lumineuses semblaient les suivre. Puis j'aperçus très distinctement sous ces guirlandes, une sorte de traîneau lourdement chargé. Un traîneau naval ! J'étais pourtant bien éveillé… Mais alors, si c'était un traîneau, les dauphins y étaient attelés ! C'était extraordinaire. Je n'apercevais pas les rênes, mais il n'y avait aucun doute, c'était bien un attelage qui disparaissait dans la nuit, imperturbablement, sans dévier de sa route.

   En quelques instants, je fus environné de ces traîneaux lumineux. Et je n'apercevais personne à bord. Une quantité incroyable de dauphins menait sans un bruit toute une armada vers le sud. J'étais complètement subjugué. Je vis ainsi défiler autour de ma barque des milliers de ces attelages extraordinaires pendant près d'une demi-heure. Puis les traîneaux se firent plus rares et les lumières tremblotantes des derniers d'entre eux s'évanouirent définitivement derrière les vagues.


   Je restai pétrifié quelques instants encore. J'avais certainement rêvé, mais quel drôle de rêve ! Et quelle précision dans le détail de ces images que je revoyais encore…

   Me dégageant de cette sorte de léthargie, je résolus enfin de sortir de l'eau le casier que j'avais remis à la mer. Il était anormalement pesant et j'étais sûr qu'il était chargé de lourdes algues laminaires. Je fus surpris de n'en apercevoir aucune en le hissant sur le pont. Je l'ouvris, il était plein de crustacés ! Des tourteaux, évidemment, mais aussi cinq homards, trois grosses langoustes et un spécimen de cet énorme crabe royal aux longues pattes charnues qui nous vient directement du grand nord. Une pêche incroyable pour un seul casier.

   Je décidai de rejoindre mes autres emplacements. En poussant les gaz du moteur, je fus surpris de constater que son bruit habituel avait changé. Un bourdonnement tranquille avait succédé à son cliquetis toussotant qui me faisait toujours craindre la panne. N'en croyant pas mes oreilles, et muni d'une lampe de poche, je soulevai la trappe. Stupeur ! Mon vieux moteur rouillé avait fait place à un engin tout neuf, d'un beau rouge vif, qui ronronnait doucement dans son logement…
   Comment vous dire mon sentiment à ce moment précis ? Etais-je devenu fou ? Qui avait bien pu me remplacer mon vieux moteur sans que je m'en aperçoive ? Etait-ce un tour de magie ?

  Je relevai un à un tous mes casiers. De ma vie, je n'ai jamais fait une si belle pêche. Pratiquement que des homards, des langoustes et des crabes royaux ! Je n'en revenais pas. Une pêche miraculeuse. J'avais non seulement de quoi rassasier mes loustics à la maison, mais je pouvais encore approvisionner la plupart des restaurants de la côte !

   Tout se bousculait dans ma tête. Je ne sentais plus le froid glacial du petit matin. Les images incroyables de la nuit me revenaient sans cesse sur le chemin du retour au Conquet.
   Et comme un enfant, les larmes aux yeux, je compris alors que cette nuit de Noël, j'avais sans doute été l'unique témoin du passage de l'armada du Père Noël. J'ai bien dit du Père Noël, un Père Noël qui m'avait pourtant si longtemps oublié…

Yannick Loukianoff  


- 1er prix CE2: 3 ex æquo -
Théo NALETTO


CE2: Emma FLOCH


CE2: Marie SNIADACH

 


CE2: Brieuc PROCKO


CE2: Ghislain BERTHEVAS
 


- 1er prix CM1 -
Antoine GOARANT

CM1: Adrien RIOU  


Remise des prix

NOS AUTRES CONTES :

LA MER EN CONTES :
Obin et le dragon mal léché
Décompte de Noël
L'armada de Noël Le guillemot de Noël
Guillaume et l'ormeau magique
La petite sirène L' œil de Borgnefesse Le phare qui pleure Un vent d'enfer
Le fantôme de Zack Homer au pays des glaces Ce fleuve qui est le mien L'ange gardien de Noël La fosse aux loups



Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler