Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.

Les auteurs invités à notre Salon des 8 et 9 mai 2010.







A gauche l'auteur: François de Beaulieu.
A droite le photographe Hervé Ronné.
François de BEAULIEU et Hervé RONNE:
"Quatre saisons en Bretagne".  Ed. Le Télégramme.

Voilà plusieurs années que ces deux Morlaisiens parcourent la Bretagne en tous sens pour en extraire  l'envie de la raconter, l'un par ses textes, l'autre par ses photos. La Bretagne leur a déjà inspiré 14 ouvrages. Mais le dernier, "Quatre saisons en Bretagne", fait partie des meilleurs. Un livre splendide dans lequel 200 photos en couleurs d'Hervé Ronné illustrent sur 140 pages les textes ciselés d'un amoureux de la nature sauvage et du patrimoine. Chaque saison est divisée en 4 thèmes: la nature sauvage, la nature apprivoisée par les hommes, la vie quotidienne et la fête. Au travers de ce canevas, ils ont su capter à la fois le durable et l'éphémère.
Ce superbe ouvrage n'est pas un guide touristique.
C'est toute l'âme d'un pays.


Dimanche après-midi 9 mai.

Jean-Pierre Boulic Jean-Pierre BOULIC:  "Patiente variation à l'orée du silence".  Ed. La part commune. ( Grand prix Louis Montalte 2010 de la Société des Gens de Lettres ).

Né en 1944, Jean-Pierre Boulic est l'auteur d'une bonne quinzaine de recueils de poèmes. En recherche de la joie émerveillée par la contemplation de l'univers "son œuvre secrète nue et vraie"(Bruno Sourdain) est "teintée d'une belle gravité" (Charles Le Quintrec). Après "Une île auprès des ciels", superbe ouvrage bilingue breton-français inspiré par l'île d'Ouessant, Jean-Pierre Boulic nous a livré en 2008 "En marchant vers la haute mer". Puis en 2009 "Le chant bleu de la lumière" qui révèle au cœur du ponant des paysages traduisant pleinement ceux de l'âme quand elle s'accorde au bruissement de l'espace. Il nous offre cette année un nouveau recueil, "Patiente variation à l'orée du silence", préfacé par Jean-Pierre Lemaire, grand prix de poésie de l'Académie Française.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.


Pascal BRESSON :  "Le tracteur de Paul".  Ed. Ouest-France.

Pascal Bresson fut l'un des premiers auteurs invités à notre salon pour son livre sur Guillaume Seznec et pour sa série d'albums pour enfants dont l'héroïne est la petite pieuvre Poulpia. Il revient cette année avec un nouvel album destiné aux jeunes dont il a illustré le texte de Catherine Ecole-Boivin avec la fraîcheur habituelle qu'il sait donner à ses jolies illustrations.
L'histoire qui se déroule en 1961 est celle d'un petit tracteur qui se languit chez un marchand de matériel agricole d'occasion lorsqu'un paysan breton, Paul Bedel, jette sur lui son dévolu. Une curieuse amitié se noue alors entre l'agriculteur et sa machine.
Cette histoire est véridique. Paul Bedel existe réellement et a même collaboré au livre de Catherine Ecole-Boivin "Paul, dans les pas du père", publié aussi aux éditions Ouest-France, et qui a connu un grand succès. Dans cet album, les images de Pascal Bresson valorisent encore davantage cette belle histoire.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.




BRIAC:  "Les gens du Lao Tseu".  Ed. Le Télégramme.

L'auteur de bandes dessinées Briac, revient au salon du Conquet avec cet album pour adultes publié en février. Après nous avoir livré Armen, dont on se souvient que la trame se déroulait à l'intérieur du phare éponyme pendant l'Occupation, l'auteur fait évoluer ses nouveaux héros en 1920, dans le quartier brestois de Recouvrance où le "Lao Tseu" est un cabaret. Une enquête policière entraîne l'inspecteur Fanchec et son ami Constantin Thalamas à la recherche des auteurs de l'assassinat de quatre notables de la ville. On soupçonne les milieux anarchistes, toujours actifs à cette époque. C'est l'occasion, pour l'auteur, de nous plonger dans une période d'après-guerre lourde et confuse, où chacun cherche à reprendre ses marques après la tragique épreuve de la Grande guerre.
Le style des planches de Briac traduit à merveille cette atmosphère faite à la fois de misère, de combats politiques et syndicaux et de survie d'un quartier dans lequel sévissent des activités interlopes. Les yeux des personnages, ces yeux surtout, explosent dans des images sombres et prenantes qui sont l'expression d'un style personnel fort et plein d'avenir.
Lire l'interview de Briac sur le blog "Bédépolar".

Dimanche 9 mai.


Louis BRIGAND: "Besoin d'îles". Ed. Stock.

Docteur en géographie, professeur à l'Université de Bretagne Occidentale, Louis Brigand se passionne pour les îles depuis plus de 25 ans.  Il en est devenu un spécialiste à l'échelon mondial et on ne cesse de le consulter ou de lire ses articles scientifiques dans toutes les parties du monde. Mais dans ce livre, il abandonne la rigueur universitaire pour nous emmener à la découverte des îles, non pas d'un point de vue touristique, mais profondément humain.  Iliens de la mer d'Iroise, de la Manche ou de la Méditerranée, mais, plus surprenant encore, insularité de peuples du centre de la Sibérie ou de la Cordillère des Andes dont l'isolement façonne des modes de vie comparables. Et le chercheur s'interroge sur l'avenir de ces populations qui désertent leur habitat traditionnel au profit de touristes qui, comme eux pourtant, éprouvent aussi ce besoin d'îles.

Dimanche 9 mai.



Claudine Robichon est l'âme de l'association "Brigoudou"
Association "Brigoudou":   "Coquillages du Pays Pagan et du Léon". Ed. Brigoudou.

Voilà enfin un guide pratique bien utile. Et qui, on s'en doute, ne concerne pas, malgré son titre, le seul littoral du nord-Finistère. Il est l'œuvre d'une petite association de chercheurs de coquillages qui désire faire partager ses connaissances et sa passion. Gastéropodes et bivalves de nos côtes y sont classés en fonction de leur mode alimentaire, ce qui permet de mieux connaître leur environnement. L'approche est scientifique, mais sans excès. La démarche pédagogique, ludique même, et non dénuée d'humour. Le lecteur prend un réel plaisir à découvrir la vie de ces trésors méconnus de l'estran. Et des "insolites" comme l'anatife, la pieuvre ou le chiton viennent compléter cet inventaire côtier. L'ouvrage, grand format, tout en couleurs, d'une centaine de pages, contient 430 photographies ! Et ne se vend que 12 €, ce qui représente un autre exploit.

Pour en savoir plus, lisez notre coup de cœur.

Samedi 8 mai.

Emmanuel CERISIER et Sophie HUMANN:

"L'incroyable voyage de Monsieur de Lapérouse". Gulf Stream Editeur.

Ce qui frappe d'abord la personne qui feuillette ce livre, c'est l'abondance de superbes gouaches qui illustrent toutes les pages. Les explorateurs du 18ème siècle, les indigènes, la faune, les voiliers, les paysages, tout est reproduit avec un souci d'exactitude qui force le respect. Et ce ne sont pas de minuscules illustrations: chacune d'elles, à cheval sur deux pages, accapare l'œil et invite à la lecture. L'artiste vannetais Emmanuel Cerisier y a déployé tout son talent.
  Quant au texte de Sophie Humann, journaliste et auteur d'ouvrages pour la jeunesse, il est le fruit d'une recherche documentaire d'une remarquable précision. On devine derrière les mots la minutieuse enquête historique qui a précédé la phase d'écriture. Depuis la préparation du voyage, la composition de l'équipe scientifique, le matériel et les vivres jusqu'à l'itinéraire, les différentes étapes qui jalonnent un surprenant parcours des mers glacées de Sibérie aux rivages australiens pour finir enfin à Vanikoro, on sait tout de l'énigmatique exploration qu'entreprend Lapérouse autour du Pacifique à la veille de la Révolution. Tout ? Oui, car en supplément, un cahier fait le point des dernières recherches effectuées par la France afin de dévoiler le mystère qui entoura si longtemps la disparition de cette remarquable expédition.
Un livre qui fera plaisir à tous les jeunes adolescents tout en confortant utilement leurs connaissances.
Pour en savoir plus, lisez notre coup de cœur.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.



Joëlle CHAMALET:  "L'équipière". Ed. Les deux encres.

Qu'est-ce qui peut pousser une quinquagénaire originaire des Hautes-Alpes à concevoir puis à réaliser en vraie grandeur un itinéraire maritime de Sète à la Polynésie comme équipière sur un voilier ? Le désir de concrétiser un rêve, sans doute, de connaître le monde, mais aussi de défier tout à la fois l'inconnu, l'adversité, les éléments, le temps qui passe, et surtout soi-même, l'être de chair et de sang que l'on croit si bien connaître. Joëlle Chamalet nous raconte ses envies et ses déboires dans une randonnée maritime personnelle peu commune et non dénuée d'humour que l'on lit avec plaisir.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.


Gérard CHEVALIER:  "Ici finit la terre". Ed. Coop Breizh.

Comédien et scénariste, Gérard Chevalier se lance, avec cet ouvrage, dans le roman policier. Mais d'un genre particulier puisque ses personnages, enfermés dans le lieu clos de l'île de Batz, vivent tour à tour la Seconde guerre mondiale puis les années d'Après-guerre dans des jalousies et des confrontations qu'engendra leur comportement pendant l'Occupation. L'ouvrage est découpé comme un film. La trame est implacable et la peinture des personnages profondément soignée. Ce premier roman a obtenu le Grand Prix du livre  "Produit en Bretagne", ainsi que le Prix International du Livre Insulaire à Ouessant. Il a aussi été élu "coup de coeur" sur le site de la FNAC.
Un polar bien breton, à ne pas manquer.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.




Laurence CLAUSS-BRIDEL et Hubert RUBLON : "T'as été où Papy Pêchou ?". Ed. Coop Breizh.

Laurence Clauss-Bridel est rédactrice de publicité. Elle écrit aussi pour la jeunesse. Hubert Rublon est artiste peintre. Ses toiles aux grands aplats de couleurs vives disent la Bretagne sous le soleil des vacances.

L'album qu'ils présentent pour enfants de 4 à 8 ans, est le dernier né, après "Papy Pêchou" et "Sacré Papy Pêchou", d'une série de trois titres ( pour le moment ) mettant en scène  un vieux marin géant et son minuscule petit-fils Pimousse, qui veut tout savoir.
Quel enfant ne rêverait d'appendre la géographie en écoutant Papy Pêchou raconter son périple autour du monde ?
Superbement illustré, l'ouvrage fait découvrir les mers et continents à travers une histoire pleine de poésie. Le vocabulaire, adapté aux enfants, est néanmoins riche. Les phrases sont musicales et les rimes foisonnent. Un vrai coup de cœur.

Dimanche 9 mai.

 



Yvon COQUIL:   "Docks". Ed. EDB ( Editions du Barbu).

Si Brest avec son port, ses quais et ses docks se prête particulièrement bien au roman noir, Yvon Coquil a su y retrouver et y décrire toute une ambiance ouvrière en mal d'être, sur fond de grève à l'arsenal. Il travaille à DCNS Brest. Cet ouvrier du port qui connaît bien son monde, ses traditions et les chevaliers de Porstein, autrement dit les dockers, restitue parfaitement l'ambiance du port de co' ( et non du port de ' selon la mode actuelle). Son héros n'est ni commissaire de police, ni même détective. C'est un banal enquêteur d'assurance que la vie n'a pas épargné, et qui, avec beaucoup d'humanisme et de fraternité traîne sur les quais, de bar en bar, son désespoir sous le légendaire crachin, tout en menant une enquête rigoureuse qui mettra au jour un trafic vers la Russie sous couvert d'exportation de poulets et avec la complicité de leurs homonymes locaux.
Sombre et sensible,Yvon Coquil signe là un vrai polar d'où ressort sa passion pour la capitale du Ponant et la continuité de l'esprit "zef", sous d'autres formes.

Dimanche 9 mai.



Pol CORVEZ :  "Dictionnaire des mots nés de la mer". Ed. Chasse Marée. "Dictionnaire marin des sentiments et des comportements, les mots issus de la mer et de l'eau". Cristel Editions.

C'est un linguiste, enseignant chercheur à l'Université d'Angers, spécialiste d'étymologie, qui a publié ces deux dictionnaires originaux. Les mots nés de la mer, mais aussi des lacs et des rivières, abondent dans notre vocabulaire courant. Les expressions aussi. Tous sont le témoignage d'une époque où la navigation sous toutes ses formes constituait le moyen le plus facile et le plus économique de relier pays et provinces. "Arriver",  par exemple , vient de l'ancien français "ariver", toucher la rive. Une "gare", où les trains se croisent, nommait autrefois l'endroit où la rivière était assez large pour garer un bateau afin qu'un autre le croise. Mais après avoir écrit son premier dictionnaire, l'auteur s'est rendu compte que l'univers des sentiments et des comportements se trouvait lui aussi très influencé par celui de la marine. Si "prendre la barre" ou "perdre le nord" sont des expressions dont l'origine est facile à identifier, on n'en dira pas autant d' "une vie de patachon" si l'on ignore que le pilote d'une patache (bateau des douanes) menait une vie mouvementée et dissolue sur le dos des faux-sauniers. Les deux dictionnaires se complètent et avec ces ouvrages, le lecteur, de découverte en découverte, est ainsi entraîné dans un voyage linguistique des plus enrichissants.
Pol Corvez, qui vient d'écrire pour les enfants "Rigoler comme une baleine", aux éditions Coop Breizh, a animé le vendredi 7 mai  2010 des séances de familiarisation avec les mots et les expressions de la mer dans les établissements scolaires du Conquet. Lisez le reportage de cet instant magique pour les élèves.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.



Nathalie COUILLOUD:  " Promenades littéraires en Finistère. ". Ed. Coop Breizh.

Au départ, Nathalie Couilloud, journaliste au Chasse-marée, a voulu combler un vide: élaborer, à la demande du Conseil Général du Finistère, un inventaire des ouvrages littéraires parlant du département. Elle s'est rapidemet rendu compte que le travail était énorme: le Finistère, que ce soit son littoral ou son arrière-pays, a toujours inspiré écrivains et poètes. Au total, l'ouvrage réunit plus de 600 extraits, tous plus intéressants les uns que les autres et classés géographiquement, du nord au sud, puis au centre. Des textes anciens ou récents de plus de 250 auteurs, juxtaposés sans ordre chronologique afin de faire apparaître convergences et différences dans un clin d'œil ludique à la diversité humaine. L'ouvrage ne se lit pas comme un roman, mais on s'y réfère avec une réelle délectation et, de Max Jacob à Simone de Beauvoir, d'André Gide à Hervé Bellec, on comprend un peu mieux pourquoi les paysages et la nature humaine des Finistériens inspirent autant les écrivains et les scénaristes d'aujourd'hui.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.




Georges FLEURY et Hubert JACQUET:
 "El Capitan Bouchard, corsaire de la liberté". Ed. Glénat.

Marin et écrivain de talent, notre invité d'honneur Georges Fleury a habitué ses lecteurs à la découverte de personnalités hors du commun. Parmi ses 55 livres, il a écrit une biographie de Nelson, publié l'histoire du corsaire Pléville Le Pelley, de l'aviateur Roland Garros ainsi que de quelques-uns de ses compagnons de combat comme Pierre Guillaume, surnommé "Le crabe tambour". Approfondissant une étude d'Hubert Jacquet sur le corsaire provençal Hippolyte Bouchard, inconnu en France mais vénéré en Argentine, il vient de publier ce nouvel ouvrage. On y découvre le parcours d'un simple matelot canonnier épris de liberté, qui, à l'époque napoléonienne, émigre aux Etats-Unis puis à Buenos Aires, obtenant par son aplomb et son entregent le commandement de plusieurs bateaux. Tout entier dévoué à la cause de l'indépendance des anciennes colonies américaines, Bouchard, devenu citoyen argentin a profondément marqué sa nouvelle patrie au point que de nombreuses rues, des places, une ville et quatre navires de la Marine argentine portent aujourd'hui son nom.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.




Josette FREDERIC TOURNERIE

" Le Chat qui Pêche. Petites histoires conquétoises. ". Ed. Les oiseaux de papier.

"La Mer en Livres" connaissait déjà Josette Tournerie, née Frédéric, originaire du Conquet, pour ses poèmes délicieux, récompensés par différents prix. Habitant la Normandie, elle a publié l'an dernier son premier roman dans lequel émergent ses souvenirs d'enfance: "La petite fille du sémaphore". Ouessant et Le Conquet pendant la guerre puis Molène et Saint-Mathieu, et donc la vie de l'Après-guerre à reconstruire, tout cela à travers l'histoire d'une petite fille de 6 ans. Invitée à notre salon 2009, elle a rassemblé cette année ses souvenirs de sa vie au Conquet, dans la maison du "Chat qui pêche", avant l'arrivée du tourisme. Voici la critique qu'en fait Claude Le Roy: "En cette demeure chère à l'auteur, les souvenirs ensoleillés d'une enfance à la fois ordinaire et prodigieuse. Les contes du Chat qui pêche parlent de vieux loups de mer, de naufrages, de sauvetages, de légendes qui courent sur la lande et sur le rivage, mais aussi de langue bretonne et de gastronomie. Réalité et fiction mêlées procurent un enchantement dû, certes, à l'évocation et aux émotions qu'elle éveille, mais aussi à l'écriture où la précision et l'harmonie se conjuguent à bon escient". L'auteure a aussi obtenu plusieurs distinctions pour ses poésies dont vous retrouverez quelques-unes dans notre rubrique "La mer en poèmes".


Samedi 8 et dimanche 9 mai.


André GENTIL:  "Par les trois caps ? T'es pas cap' ! ". Ed. L'Ancre de Marine.

Ce livre raconte le tour du monde en solitaire, sur le Romanée, solide voilier de série d'un quadragénaire qui rêvait de doubler le cap de Bonne Espérance, le cap Leeuwin au sud-ouest de l'Australie et le mythique cap Horn de toutes les légendes et de tous les exploits maritimes. Bien sûr, l'auteur n'est pas un néophyte. D'ailleurs son ouvrage débute par le souvenir mémorable d'une lame dévastatrice qui l'a jeté à la mer en pleine navigation au large de Perros-Guirec. C'était avant son tour du monde, mais cette humide expérience ne l'a pas découragé, bien au contraire. Le style est alerte, léger. Les aventures se succèdent avec rythme et l'auteur est en symbiose complète avec son bateau. Ses craintes, ses peines, mais aussi ses joies et ses surprises ponctuent un récit qui surfe sur la vague.

Samedi 8 mai.
Michel Giard
Michel Giard
Michel GIARD et Gilles HENRY:  "Les Mousses, de Colbert à nos jours". Ed. Le Télégramme.
Michel Giard était présent à notre salon 2009 pour son livre "SOS, sauveteurs en mer". Grand voyageur, il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la S.N.S.M. et les océans. Mais en tant qu' historien et en collaboration avec Gilles Henry, biographe et généalogiste lauréat de l'Académie française, il vient de publier cette intéressante histoire des mousses de la Marine dont l'école vient de réouvrir à Brest. Au fil des époques, les conditions matérielles dans lesquelles ont vécu ces jeunes gens ont bien changé. Les auteurs nous en retracent tous les aspects, aussi bien à bord des navires de la "Royale" que de la Marine marchande ou sur les bateaux de pêche. Les mousses y ont connu  les pires brimades et les punitions en tous genres mais, que ce soit en temps de guerre ou de paix, ils ont fait aussi l'honneur et la fierté de notre nation.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.





Michel GLEMAREC:  "La biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut". Ed. Le Télégramme.

Nombreux sont les amateurs d'art qui ont entendu parler de Mathurin Méheut, ce peintre dont les croquis et les toiles dressent le portrait de la vie rurale et artisanale bretonne de la première moitié du 20ème siècle. De 1910 à 1912, l'artiste a fait un long séjour à la station de biologie marine de Roscoff et y a laissé des centaines de peintures qui montrent combien il a été frappé par l'aspect esthétique de la flore et de la faune de nos rivages. En 1913, ces œuvres ont été publiées par l'auteur sous le titre "Etude le la mer", un ouvrage introuvable sinon auprès des bibliophiles.
Le professeur Michel Glémarec est une sommité européenne dans le domaine de la biologie marine. C'est lui qui a fondé en 1972 le laboratoire d'océanographie biologique de l'Université de Bretagne Occidentale à Brest. Et c'est en grande partie grâce à ses travaux que la ville a été nommée pour 2010 capitale maritime de la biodiversité. Fasciné par les peintures de Mathurin Méheut, Michel Glémarec en a sélectionné 150 pour cet ouvrage destiné à faire mieux connaître les richesses de la mer. Il les a légendées de manière scientifique et l'on découvre au final un très beau livre pour une cause dont on comprend aujourd'hui toute l'importance.


Samedi 8 et dimanche 9 mai.

Hervé GRALL:  "La Recouvrance, carnets de bord". Ed. Skol Vreizh.

Trop longtemps la France a ignoré son patrimoine maritime.
Dans les années 1980, une poignée de passionnés par les voiliers anciens, lecteurs d'Ar Vag et du Chasse-marée, se lancent dans la restauration de bateaux traditionnels. L'engouement est tel que des projets associatifs de reconstruction de bateaux mythiques fleurissent dans de nombreux ports de France et bien sûr de Bretagne.
La mise à l'eau de La Recouvrance lors des fêtes maritimes de Brest 92 est l'un des temps forts de cette réappropriation: construite sur les plans d'un aviso de 1817, la jolie goélette est aujourd'hui l'ambassadrice emblématique de la ville de Brest.
Ce livre relate l'aventure que fut la construction du bâtiment, de sa première croisière d'endurance, suivie d'autres navigations hauturières sur des mers parfois rudes : Manche, mer du Nord, Baltique, ou vers des rivages plus hospitaliers : ports hanséatiques, Irlande, Euskadi, Galice.
Hervé Grall, géographe et ancien directeur du port de plaisance de Brest puis d'Océanopolis est l'un des pères du navire. Il évoque dans ses carnets de bord les émotions du marin découvrant les réactions à la mer d'une goélette née d'un rêve un peu fou, qu'il convient d'apprivoiser avant d'en goûter toutes les qualités.
La préface est d'Hervé Hamon.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.



Virginie GROSOS et Delphine RATEL:  "Joshua ou la mer des histoires". Ed. Millefeuille.

Illustratrice talentueuse de Lannilis, Virginie Grosos se consacre surtout à la littérature enfantine. Mais pas n'importe laquelle: elle s'attache particulièrement à mettre à la portée des plus jeunes, grâce à des images simples et très colorées, les beautés de notre patrimoine naturel, monumental, historique ou légendaire. Elle est venue à notre salon en 2008 dédicacer son album "Au pays d'Ys". Cette année, ce sont les textes de Delphine Ratel dans un nouvel album pour enfants qu'elle a illustrés. Joshua est un joli voilier rouge qui rêve de découvrir le monde et ses différents océans. Il dialogue poétiquement avec les autres navires et les poissons multicolores. Chaque page est une merveille de couleurs qui ravira les enfants à partir de 4 ans.
Samedi 8 mai.



Philippe Kerarvran et René Le Bihan

Philippe KERARVRAN et René LE BIHAN

"Le Conquet, l'âme des pierres et de l'eau".

C'est l'œil d'un artiste qui se pose sur les murs, les escaliers, les filets et les casiers à crustacés d'un port de pêche breton. Des dessins à la plume en deux couleurs, d'une rigoureuse minutie, où la lumière se faufile entre les pierres pour faire ressortir tout ce qui fait le charme des constructions anciennes conquétoises. Fort de 48 pages, cet ouvrage d'art en tirage limité est proposé en deux formats: 30x40 ou 40x60.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.





Albert LAOT :
  "Saint-Mathieu de Fine-Terre, hommage aux marins disparus". Ed. Association "Aux marins".

Après avoir récemment publié "Contrebande et surveillance des côtes bretonnes" 1, cet ancien directeur interrégional des douanes, administrateur de l'association "Aux marins", évoque la génèse d'un monument pas comme les autres qui se dresse face aux tempêtes à l'extrémité de la pointe St-Mathieu, flanqué d'un moderne et original cénotaphe. L'auteur, ancien vice-président de "La mer en livres", se fait en outre historien des plus importants drames de notre Marine ainsi que des naufrages qui ont endeuillé nos côtes.

1- Voir notre rubrique "Coup de cœur".


Samedi 8 et dimanche 9 mai.






Yvonne et René LE RU:  "Un tour du monde à la voile comme on en rêve avec Amzer Zo".
Ed. La Découvrance.

A soixante ans, après une vie professionnelle bien remplie, un couple de retraités brestois décide de faire un tour du monde à la voile. Ces simples plaisanciers mettent tout en œuvre afin de réaliser leur rêve. Depuis la construction d'Amzer Zo, un voilier de quinze mètres, jusqu'à leur retour, les auteurs décrivent une longue croisière par étapes qui les a conduits via Madère, les Canaries et les îles du Cap Vert à la traversée de l'Atlantique. Ils visitèrent ensuite les Caraïbes et le Venezuela jusqu'au canal de Panama et découvrirent les archipels du Pacifique :  les Galapagos, les Marquises, la Polynésie, Tonga, les îles Fidji et la Nouvelle Calédonie. L'Australie les attendait. Ils l'ont quittée en serpentant entre les îles indonésiennes jusqu'à Singapour. Puis, traversant l'océan Indien, ce furent Ceylan, les Maldives et Djibouti. Naviguant avec prudence dans cette zone dangereuse, ils sont passés en Méditerranée par le canal de Suez et sont revenus en France après un détour par Chypre, la Turquie, la Grèce et Malte. Si René décrit avec brio les tempêtes et les aléas d'une navigation souvent difficile, Yvonne s'attarde davantage sur la description des escales, des habitants, des usages, des fêtes et des liens qui se nouent. Amateurs de plongée, tous deux racontent leur découverte d'une faune et d'une flore marines qui les enthousiasment. Un ouvrage d'évasion qui mérite bien son titre.
Pour en savoir plus, lisez notre coup de cœur.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.



Marjolaine PEREIRA-Christine CORNIOLO-BAILLOT :"Le trésor de la Bonbeccante". Ed. Millefeuille.

Après ses études de lettres, Marjolaine Péreira s'est spécialisée dans l'histoire du livre et particulièrement du manuscrit médiéval. Fondatrice, avec son mari, des éditions Millefeuille, dans le Morbihan, tournée vers les albums pour la jeunesse, elle a mis ses connaissances au service du patrimoine sous la forme de contes pour enfants de 3 à 10 ans se déroulant au moyen-âge et toujours dotés d'un but pédagogique. Après "L'histoire du livre", elle a ainsi écrit et publié dans la collection Les bonbecs dans l'histoire :"Le complot de Mortefeuille",  L'île aux fous" et "Le médaillon de Suscinio", de superbes albums illustrés par Christine Corniolo-Baillot.
"Le trésor de la Bonbeccante" est une nouvelle publication dans la suite des précédentes, mais se déroulant au 17ème siècle, à la découverte de la route des épices.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.



Pierre PETTON - Valérie DAUBE:  "Goby et Joguenick". Ed. du Palémon Jeunesse.

Pierre Petton a écrit plusieurs albums de littérature enfantine: la série des Joguenick chez Palémon Jeunesse, celle des Léonig ainsi qu'un récent album en breton chez Rubeüs Editions. Tous s'adressent aux plus jeunes, à partir de quatre ans. Ils sont délicieusement illustrés par Valérie Daubé. La série des Joguenick poursuit plusieurs buts pédagogiques: les récits, très courts, se passent au bord de la mer et familiarisent l'enfant avec ce milieu. L'album "Goby et Joguenick" fait se rencontrer un tout jeune garçon et un poisson des creux de rochers. On retrouve du reste les deux personnages dans "Joguenick et le château du Taureau". "Noël noir pour Joguenick" fait découvrir à l'enfant les méfaits d'une pollution aux hydrocarbures sur le littoral. "Comptons jusqu'à dix" initie les petits aux premiers nombres en leur faisant compter crabes et coquillages.
Simples et colorées, les illustrations de Valérie Daubé permettent au jeune lecteur de se couler dans la peau du personnage principal et de vivre de nouvelles aventures à son échelle.

Samedi 8 mai.
François Plisson

François PLISSON:

"La licorne de Brocéliande". Ed. de la Fibule.

François Plisson est l'illustrateur des albums pour la jeunesse Les korrigans d'Elidwenn dont l'histoire est écrite par Hélène Cornen. Artiste talentueux, sculpteur, il a reçu en 2002 le prix "Coup de cœur" au Festival International de la BD à Ajaccio et a participé à nos salons 2008 et 2009 où il a dédicacé les quatre premiers tomes de la série. Des albums qui font renaître les légendes bretonnes à lire ou à raconter à partir de 6 ans. Ce cinquième tome fait découvrir à Solène et Benjamin, les deux jeunes héros de la série, la fée Viviane, Merlin l'enchanteur et la fontaine de jouvence grâce à la transformation magique d'une vieille jument promise à l'abattoir en une fringante et jolie licorne.

A notre demande, François Plisson s'est déplacé en 2009 dans les différents établissements scolaires du Conquet afin de parler de son métier aux élèves. Voir la page de notre site: "Un illustrateur à l'école".


Samedi 8 et dimanche 9 mai.


Loïc QUINTIN:   "Le crave danse sur Ouessant". Ed. Thot.

A "La mer en livres" chacun se souvient de la dernière visite de Loïc Quintin. C'était en décembre dernier. Il revenait de Chamonix et s'arrêtait au port du Conquet avant d'embarquer pour Ouessant. Jusque là, rien d'extraordinaire, direz-vous. Oui, mais il revenait de Chamonix à pied ! Plus de 1200 km tout seul avec son sac à dos. Une longue marche de deux mois en solitaire, serpentant à travers la France, afin de mieux connaître certains sites sans doute, mais surtout de sensibiliser les gens et les enfants des écoles en particulier au développement durable. Rien ne l'arrête quand il s'agit de parler de la nature. C'est cela Loïc Quintin. Et ce sera évidemment la matière d'un sixième livre.
" Le crave danse sur Ouessant" est donc son cinquième ouvrage. Ce roman est un tableau vivant où se mêlent le réel et l'imaginaire, l'humour et la poésie pour peindre les mœurs et les paysages de cette île rude du bout du monde. Le crave est une sorte de petit corbeau aux pattes et au bec rouges dont les falaises de l'île hébergent encore quelques rares couples. Un corbeau, on sait ce que c'est... Des habitants reçoivent des lettres anonymes qui ravivent les tourments d'autrefois. L'auteur s'en amuse. Il sait aussi combien l'isolement et les tempêtes ont forgé le caractère et le sens de la solidarité des Ouessantins. Un roman, certes, mais une peinture sociologique à découvrir.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.

Claude-Youenn Roussel
Claude-Youenn ROUSSEL et Michel CLOÂTRE:   "Ouessant, le secret des Atlas". Cristel Editions.

C'est une passionnante enquête maritime que relate cet ouvrage. Deux navires, portant le même nom, ont sombré sur les roches d'Ouessant à plusieurs dizaines d'années d'intervalle dans le courant du 18ème siècle. Curieuse coïncidence.  Spécialiste de plongées, Michel Cloâtre en a repéré les épaves. Mais que savons-nous de ces navires ? Patiemment, les auteurs font des recherches dans les archives et nous entraînent dans les relations maritimes avec nos colonies américaines à l'époque de Louis XV. Les Caraïbes, la Louisiane, les révoltes coloniales, mais aussi la vie à bord. Ils ont exhumé des archives une impressionnante correspondance concernant les deux naufrages et dévoilent comment le deuxième Atlas a pu être reconstruit à partir des restes de deux autres navires.
Claude-Youenn Roussel n'en est pas à son premier ouvrage historique. Invité à notre salon en 2007, il y avait déjà présenté "Les trois vies d'un marin breton", biographie d'un marin sous le Premier Empire, et "La Bretagne" un ouvrage racontant l'épopée d'un grand vaisseau du roi Louis XV qui portait le nom de la province.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.
Georges Tanneau

Georges TANNEAU:   " Avant d'être matelot ". Ed. Coop Breizh.

Né au Guilvinec, cet écrivain-poète, chansonnier des mers, a tiré de son expérience de navigant, tant à la pêche que dans la marchande, toute une série d'ouvrages sur la vie à bord et les escales autour du monde. Ses deux premiers livres, sans cesse réédités, viennent d'être réunis par Coop Breizh sous le titre "Avant d'être matelot". Ce sont "Le mousse du Pescadou" ( Grand Prix des Administrateurs Maritimes ) et "Marin du Guil" ( Prix des Ecrivains Bretons). Cette nouvelle édition  affiche un texte entièrement remaquetté au format poche et de belles couvertures originales signées Jusseaume et Kraehn, les auteurs de la série BD "Tramp", sous un élégant coffret illustré par Géo-Fourrier. Vous trouverez dans notre rubrique "Histoires de mer" quelques-uns des textes passionnants de Georges Tanneau et dans "La mer en poèmes" une dizaine de ses chansons poétiques qu'il a bien voulu nous confier. Le site de l'Association des Capitaines et Officiers de la Marine marchande détaille les œuvres de Georges Tanneau et propose des extraits sonores de ses chansons, dont certaines sont toujours chantées aujourd'hui à bord des navires de la Marine marchande. Georges Tanneau a présenté à notre salon 2009 son dernier ouvrage: "A l'ancre de Chine".

Signalons aussi que Georges Tanneau est l'expert référent de notre jeu "Kesako", auquel il apporte des précisions nées de sa longue expérience maritime.

Ne manquez pas non plus cette vidéo de 4 minutes sur Georges Tanneau mise en ligne le 6 mai 2010 :

http://www.bigouden.tv/Video_du_pays_bigouden-248-Georges_Tanneau_alias_Marin_du_Guil_.html

Samedi 8 mai.




Corynn THYMEUR:   "Ile raconte". Ed. Taolenn.

Corynn Thymeur vous convie à un voyage dans trois îles de l'Atlantique française: Sein, Noirmoutier et Oléron.
De la plus petite à la plus grande de ces terres posées sur la mer, elle vous invite à la suivre le long de vingt et un récits pour un voyage qui vous conduira au gré des vents, du moyen-âge à nos jours, à la découverte des îliens, Sénans, Noirmoutrins et Oléronais.
Amoureuse de l'Histoire autant que des histoires, l'auteure vous livre des anecdotes et des chroniques îliennes qu'elle a romancées. Les bases des récits proposés sont tirées de faits réels. L'auteure s'est cependant permis d'ajouter occasionnellement des personnages imaginaires pour rendre plus vivants les témoignages et les contes qui lui sont parvenus.
Ce recueil se veut un hommage aux femmes et aux hommes qui vivent sur ces rochers du bout du monde, à leur courage quotidien dans les tempêtes des mois d'hiver, à la solidarité dont ils savent faire preuve, parfois au péril de leur propre vie.
Il est une contribution également à la mémoire des bâtisseurs que sont les îliens. Ils ont su construire, dans des conditions de difficultés extrêmes, des chefs-d'œuvre d'architecture. Le phare d'Ar-Men, le passage du Gois ou le fort Boyard n'en sont que des exemples parmi d'autres.
Corynn Thymeur a obtenu le premier prix de notre concours de nouvelles 2010. Lire son récit.

Samedi 8 et dimanche 9 mai.

Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler