Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.


Les auteurs invités à notre salon 2011

et leurs ouvrages






Andrée BARDECHE-BOIVIN:  " Ouessant, où lire l'ire en mère d'i-roise".
Ed. aboivin.

Cette auteure est poète et ses poèmes sont surprenants. Jouant avec les syllabes, elle a inventé une forme d'écriture nouvelle qui, en séparant les mots à l'aide de traits d'union, en  y incorporant des majuscules, fait exploser les sons, évoquant chez le lecteur d'autres mots et d'autres idées. Ainsi sa poésie est-elle plurielle. Chacun y découvre plusieurs sens selon ses aspirations et ses propres émotions. On aime ou on n'aime pas, on n'y demeure jamais insensible. Cependant, le procédé est remarquable et s'apparente aux recherches oulipiennes de Raymond Queneau ou de Georges Pérec.
Andrée Bardèche-Boivin était déjà venue au salon du Conquet en 2009 nous présenter son premier ouvrage "Sein, l'île mère-veilleuse". Très inspirée par les îles, elle a rassemblé dans ce nouveau recueil ses écrits sur Ouessant pour en faire un seul texte menant le lecteur au fil des pages dans un parcours onirique abondamment illustré de ses propres photos ouessantines .


Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.

Divi Kervela et Mikael Bodloré-Penlaez

Mikael BODLORE-PENLAEZ et Divi KERVELLA:
 " Atlas de Bretagne/ Atlas Breizh".
Ed. Coop Breizh.

Mikael Bodlore-Penlaez, cartographe, et Divi Kervella, lexicographe et traducteur, ont fondé en 2005 le portail Internet www.geobreizh.com consacré à la géographie de la Bretagne. L'Atlas de Bretagne / Atlas Breizh en est la suite logique. Illustré de 180 cartes, il s'agit d'un voyage au cœur de la Bretagne et d'un cheminement complet qui permet de comprendre la géographie, l’histoire, la culture et plus largement les territoires qui font la vie des Bretons. L’Atlas de Bretagne est le premier ouvrage cartographique bilingue breton-français. Il est illustré de magnifiques clichés de Frédéric Le Mouillour.
Les deux auteurs ont déjà édité ensemble le Guide des drapeaux bretons et celtes (éd. Yoran Embanner, 2008).

Christophe BONCENS: "Les animaux du bord de mer".
Ed. Coop Breizh

Cet auteur-illustrateur écrit, pour les plus jeunes, de délicieux albums pédagogiques. Ses six petits fascicules sur les animaux du bord de mer ont pour but de familiariser l'enfant de la ville ( mais pas seulement...) avec les drôles de petites bêtes qu'il rencontre sur les plages, dans les mares ou sur les rochers et qui peuvent l'effaroucher. L'auteur les dessine de manière ludique et les fait pénétrer dans des récits à la portée des tout petits à l'heure où le marchand de sable va fermer leurs paupières. Et les monstres deviennent gentiment les personnages qui vont les bercer dans leurs rêves...

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.

Jean-Pierre BOULIC: "Un petit jardin de ciel".( parution fin avril 2011.
Ed. La part commune.


Jean-Pierre Boulic, né en 1944, vit dans le Nord Finistère et publie son dix-septième recueil de poèmes. Son œuvre "nous éblouit par la force de son verbe, choisi au plus juste de l'instant... à l'écoute du monde et de la vie, dans ce qu'ils ont de plus simple et de plus authentique." N. Lescop-Boeswillwald.
Toute la fraîcheur d'un regard d'enfant dans un petit jardin de ciel...
Peut-être suffira-t-il de suggérer que la poésie est source de lumière qui se donne en une mélodie secrète, intime, que l'on recueille, que l'on écoute comme l'on regarde la mer, en respirant, parce que c'est la respiration de l'auteur qui est donnée dans un bouche à oreille, de cœur à cœur, comme une mèche de vie.

Le Grand Prix de poésie Louis Montalte de la Société des Gens de lettres lui a été attribué, à l'automne 2010, pour l'ensemble de son œuvre.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.

Jean CARRIOU:  " Et si c'était lui...".
Liv'Editions


Autodidacte de l'écriture, Jean Carriou a signé trois romans depuis 2003, date à laquelle il a pris sa retraite de cadre de La Poste. Ses romans précédents, "Perdus dans la tempête" et "Une si cruelle absence" se situent dans les années 1950-1960, au cœur de ses racines morbihannaises.
"Et si c'était lui..." ne faillit pas à cet attachement, mais mène le lecteur du sud de la Bretagne en Normandie, près de Bayeux, au fil d'une intrigue qui se déroule de juillet 1960 à juillet 1978.
Un coup de foudre sur la plage de l'Anse du Stole est à l'origine de ces dix-huit années palpitantes, émouvantes, que le lecteur passe avec l'héroïne, Blandine, lors de la quête acharnée de son premier amour. Autour de Blandine gravitent des personnages pleins d'humanité, de tendresse.
Un roman haletant, dans lequel le suspense est présent du début à la fin.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai
Gérard CHEVALIER:  " L'ombre de la brume".
Ed. Coop Breizh

Comédien, écrivain et scénariste de cinéma et de télévision, Gérard Chevalier  est déjà venu au salon du Conquet en 2010 présenter son roman "Ici finit la terre" qui se déroule dans l'île de Batz et qui a reçu l'été dernier le prix du livre insulaire au salon d'Ouessant.
Nous l'avons de nouveau invité cette année car il vient de publier "L'ombre de la brume", un nouveau roman policier dont la trame se joue dans les monts d'Arrée. Des femmes sont enlevées et l'enquête officielle piétine, confrontée à des rumeurs, des histoires de malédictions, de dragons légendaires et de rites druidiques baignant dans une atmosphère angoissante de folie meurtrière. Le cadre à la fois sauvage et grandiose donne au livre une touche  stressante supplémentaire qui ravira les amateurs de polars.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai



Jakez CORNOU:  " L'héroïque combat de la "Cordelière". 1512.
Ed. Sked.

1512: C'est la fin du règne de Louis XII, le troisième mari d'Anne de Bretagne. En mer, la flotte française, composée surtout de bateaux bretons, affronte les Anglais. A la pointe St-Mathieu, près de Brest, un combat sans merci s'engage où s'illustre Hervé de Porzhmoguer, dit "Primauguet" à bord de la nef de la reine, "Marie la Cordelière". Il doit faire face à plusieurs bateaux ennemis dont le puissant "Regent", fleuron des navires britanniques. Soudain, alors que les deux navires sont bord à bord et que les Bretons vont succomber sous le nombre, une énorme explosion entraîne les deux vaisseaux et plus de 1500 combattants vers les profondeurs. Cette catastrophe eut un énorme retentissement dans tout le royaume et Primauguet passa à la postérité ( voir notre rubrique "Grands marins du monde" ).
C'est ce combat que raconte Jakez Cornou, historien du pays bigouden, fondateur de la revue "Cap Caval", et qui a déjà publié de nombreux ouvrages sur la mer et le patrimoine maritime breton.
Samedi 30 avril et dimanche 1er mai

Louis COZAN:
 " Un feu sur la mer, mémoires d'un gardien de phare".
Ed. Les oiseaux de papier.

Louis Cozan est un Ouessantin. Né en 1947, il est issu d'une famille de marins et de gardiens de phares. Il a navigué lui aussi, sur toutes les mers du monde, avant de devenir gardien à son tour.
En 150 pages, c'est une immersion dans la vie quotidienne 
des gardiens du feu, faite de solitudes et de dangers, que connaît le lecteur. Simplement et tout naturellement, l'auteur raconte au gré des nominations de l'Administration, ses pérégrinations successives dans les phares de la mer d'Iroise : la Jument, Kéréon, le Créac'h, le Stiff, l'île de Sein, autant d'étapes dans cet espace maritime à la fois superbe et redoutable que ce marin immobile connaît comme s'il y naviguait. Le récit est fluide, émaillé d'images poétiques. On ressent, tout au long des pages, l'attachement de l'auteur à ces sentinelles de la mer auxquelles il a consacré sa vie.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.



Stéphane DUGAST et Christophe GERAL:"La Jeanne d'Arc, porte hélicoptères R 97". Ed. du Chêne.

En 2009, les auteurs ont effectué un reportage sur l'avant-dernière campagne de la Jeanne, le navire emblématique de la Marine nationale. Pourquoi emblématique ? D'abord parce que depuis plus de 50 ans, elle embarquait les élèves officiers, ceux sur qui allaient reposer les futures responsabilités de la "Royale". Ensuite parce qu'aux exercices de combat succédaient des instructions de secours et d'assistance ou encore des ambassades officielles auprès de pays étrangers. Enfin parce que ses missions entraînaient les jeunes midships autour du monde, leur procurant des souvenirs inoubliables. Le livre, véritable album de photos-souvenirs, est sorti juste avant que ne sonne, pour le navire, l'heure de la retraite. Une aubaine pour tous ceux qui  ont navigué à son bord.



Photo "Le Télégramme"
Jos Nicolas FOUQUET: "Nicolas, le pacha du raz de Sein. Ed. Aymarine.

Jos Nicolas Fouquet, ancien directeur d'un chantier d'insertion à Angoulême, est né à l'île de Sein. Dans cet ouvrage, il retrace la vie de son père, Nicolas, qui était bien connu parmi les marins pêcheurs de toute la région. Toute sa vie très épris de liberté, il rejoignit en 1943 les Forces Navales Françaises Libres. Un temps pirate ou contrebandier, toujours téméraire, mais aussi soucieux de justice sociale, il fut longtemps le seul à oser pêcher dans le Raz de Sein, devenu en quelque sorte son propre territoire aux dangereux remous, lames et courants. Le pacha, comme on l'appelait alors, était à la fois redouté et respecté. Une figure, certes, mais un être auquel on s'attache à la lecture de cet ouvrage de mémoire.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.
Michel GIARD:  " Prendre pied, tenir ou mourir !" et " Les grandes catastrophes maritimes du XXème siècle". tome 1 :1900-1945.
Ed. Pascal Galodé

Ecrivain éclectique, Michel Giard a publié une quarantaine d'ouvrages. Historien, conférencier, chroniqueur sur Radio Bleu Cotentin, cet auteur normand est un habitué du salon du Conquet où il a déjà présenté plusieurs ouvrages sur le sauvetage en mer ainsi que, l'an dernier, une intéressante histoire des mousses à l'occasion de la réouverture de la célèbre Ecole des Mousses de Brest.

"Prendre pied, tenir ou mourir !" constitue une rétrospective sur les missions de débarquement ou d'embarquement de la Marine nationale depuis Dunkerque en juin 1940. Une série de petites histoires à la fois méconnues et héroïques qui entraînent le lecteur des côtes de la Manche à St-Pierre et Miquelon, puis en Indochine. Des actions humanitaires sont aussi rapportées comme la prise en charge de réfugiés vietnamiens ou chinois. Le livre exalte les exploits de jeunes de vingt ans à peine sortis de l'Ecole des Mousses et plongés dans la dure réalité d'un métier qui, à tout moment, peut vous prendre votre vie.

Son dernier ouvrage,"Les grandes catastrophes maritimes du vingtième siècle (1900 - 1945)" ne se résume pas au naufrage du Titanic et à l'incendie du Normandie. Cette première moitié du siècle passé a vu la mise au point des premiers sous-marins et les accidents que celle-ci a entraînés. Elle a vu aussi passer les deux grands conflits mondiaux et leur imposant cortège de navires coulés ou victimes de leurs propres munitions. Navires de guerre, marchands ou simples bateaux de pêche, ils ont sombré, faisant des milliers de victimes.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai





Stéphane JAFFRÉZIC:
 "Tri Yann Tro Breizh" et "Escale forcée à Brest"
Ed. Alain Bargain.

L'auteur est né à Concarneau en 1964 et habite Quimper. Ses romans policiers ont pour cadre la Bretagne et en particulier le Finistère.

Après "Toiles de fond à Concarneau", roman écrit à partir d'une réelle bagarre entre Gauguin et des marins, "Le rubis de Châteauneuf-du-Faou" qui met en scène le peintre Sérusier, "Vengeances croisées à Nantes", "Chili-Concarneau", "Ville bleue et beaux dégâts", et "Disparition en Pays Fouesnantais", c'est un polar original que nous livre Stéphane Jaffrézic. Son héros, le capitaine de police Maxime Moreau, est soudainement confronté à une série de méfaits qui se déroulent lors d'une tournée en Bretagne du célèbre groupe des "Tri Yann". Des méfaits qui s'amplifient de concert en concert et dont on aurait du mal à en imaginer l'auteur jusqu'à la révélation finale.
Le principal intérêt du livre, en dehors bien sûr de l'énigme policière, réside dans le fait que le lecteur pénètre véritablement dans les coulisses d'un groupe de musique celtique actuel particulièrement célèbre. L'auteur n'invente pas les Tri Yann, il les décrit tels qu'ils sont dans la réalité. L'ambiance de leurs concerts est remarquablement traduite tandis que le suspense s'accroît, écartelant les sentiments du lecteur entre liesse et angoisse.

Son dernier ouvrage, "Escale forcée à Brest", vient d'être publié en avril 2011. Il raconte l'enquête de son héros, le capitaine de police Maxime Moreau. Au cours de la réparation d'un cargo à Brest, il doit faire face à la découverte du cadavre de l'armateur du navire. Un ouvrage aux multiples rebondissements qui dévoile surtout des rivalités suspectes au sein d'un équipage.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.


Annpôl KASSIS: "Les disparues de l'Amphitrite".
Les Editions de Janus.

Ceux qui ont lu le récit "La Pierre aux femmes" dans notre rubrique Histoires de mer savent que les autorités britanniques n'hésitaient pas, il y a plus d'un siècle, à déporter des milliers de femmes dans leurs différentes colonies afin de les peupler, tout en débarrassant le sol anglais d'une population qu'elles jugeaient indésirable...
En 1833, en pleine tempête, un voilier anglais, l'Amphitrite, faisant route vers l'Australie, s'échoue et se disloque devant Boulogne, engloutissant son équipage et sa "cargaison" constituée de 102 femmes et enfants. Le capitaine avait refusé les secours de la "Société Humaine" de Boulogne, l'ancêtre de la SNSM.

Annpôl Kassis, auteure franco-britannique, dévoile ici les résultats de la minutieuse enquête qu'elle a effectuée tant en France qu'en Grande-Bretagne pour dénouer les fils de cette épouvantable tragédie restée volontairement taboue. Que s'est-il véritablement passé ? Quelles sont les responsabilités ? Y aurait-il eu des survivantes en France et que seraient-elles devenues ?  Un livre qui se dévore comme un roman policier et qui fait ressurgir un passé maritime à la fois ignoble et largement méconnu.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.


Jean-Charles KRAEHN et Patrick JUSSEAUME:
"Tramp: tome 9, Le trésor du Tonkin".
 Ed. Dargaud.


Jean-Charles Kraehn est cette année notre invité d'honneur.
Cet auteur bien connu de tous les bédéistes est un Breton de St-Malo où il est né en 1955. Ancien élève de l'Ecole Estienne d'arts et industries du livre, il a fait ses débuts comme illustrateur d'ouvrages pour la jeunesse. Après des BD historiques il crée "Tramp", ( le chercheur de fret ), une série d'albums maritimes lancée en 1993 qui se poursuit toujours. Forte de 9 tomes scénarisés par lui-même et dessinés par Patrick Jusseaume, elle raconte les aventures de Yann Calec, un jeune commandant de la Marmar ( marine marchande ) dans les années d'après guerre. Depuis la parution du tome 7, "Escale dans le passé", le héros connaît des aventures asiatiques pendant la guerre d'Indochine."Le trésor du Tonkin" raconte l'enquête que mène Yann Calec à partir d'Haïphong, le grand port du Tonkin, afin de démêler l'écheveau d'intrigues dans lesquelles il découvre que s'était fourvoyé son propre père.
Plus de détails sur l'œuvre de Jean-Charles Kraehn sur notre page Salon 2011

Dimanche 1er mai


Pierre LABAT-SEGALEN



Jean-Paul CORNEC
Pierre LABAT-SEGALEN et Jean-Paul CORNEC:   "Cadrans solaires de Bretagne".
Ed. Skol Vreizh.


Quand deux amateurs passionnés de gnomonique (l'art des cadrans solaires) se mettent en tête de réaliser le recensement de tous les cadrans solaires des cinq départements bretons, leur pari semble irréalisable. Et pourtant ils l'ont fait ! Ils ont parcouru des milliers de kilomètres, visité châteaux, manoirs, propriétés et photographié des centaines de réalisations qui sont autant d'œuvres d'art méconnues dont ils nous livrent l'inventaire dans ce superbe ouvrage. Classés par départements et par communes, anciens ou récents, les cadrans solaires bretons sortent désormais de l'oubli.
Les auteurs ne se bornent pas à un simple catalogue. Des explications scientifiques détaillées vulgarisent leur passion. On apprend ainsi que les cadrans solaires n'ont pas seulement servi à indiquer l'heure. Ils ont ponctué dans nos campagnes les offices religieux. La Marine les a scientifiquement utilisés pour calculer les longitudes et même pour prévoir les marées !
Un très beau livre qui fait l'objet d'un coup de cœur plus détaillé sur ce site.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai



Jean-Paul LEGER: "Au gré des ondes par-delà les océans".
Ed. La Découvrance.


Nous avons choisi cet ouvrage en grande partie en hommage au passé inoubliable de "Conquet-Radio". L'auteur, officier de la Marine marchande puis des Affaires maritimes, a en effet été radio sur toutes les mers du globe et en permanence en contact avec les installations de la pointe des Renards, au Conquet.
Alors que les communications maritimes s'effectuent aujourd'hui par satellite, son ouvrage témoigne de l'époque où le morse régnait encore sur les ondes, dans les années 1960-1970. Le radio raconte des anecdotes que lui ont inspirées ses voyages aussi bien en mer du Nord qu'aux confins de l'Antarctique,  au cœur des quarantièmes rugissants comme lors d'escales paradisiaques dans les îles du Pacifique.
Un ouvrage de mémoire qui fait revivre toute une époque.

Jean-Paul Léger est aussi l'auteur, sur ce site, du récit de mer "Un gabier de La Saône".

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai


Gilles LETOURNEL:  "A la recherche du vrai père, un regard celte".
Ed. Humußaire.


L'auteur n'est pas un inconnu des habitués de notre site. Il a écrit la notice sur Charcot dans notre rubrique "Grands marins du monde" ainsi qu'une terrifiante nouvelle, "La Pierre aux Femmes" dans nos histoires de mer. Il a déjà publié "Un ermite aux Ecrehou", "Le retour de Guillaume le Conquérant en 1067" ( Prix André Maurois 2005, prix Fulbert de Chartres 2006) et "La Boissière".

Son quatrième ouvrage est un petit roman qui raconte la difficile enquête d'une chanteuse franco-irlandaise d'un groupe de musique celtique, qui croit reconnaître dans le public le père musicien qu'elle n'a plus revu depuis sa tendre enfance et qu'elle a toujours détesté. Avec son ami Manuel, ses recherches la mènent de surprise en surprise et lui font parcourir non seulement les monts d'Arrée, mais aussi l'Irlande, du Connemara jusqu'aux îles d'Aran. Sera-t-elle assez forte pour supporter les incroyables révélations qui lui sont faites ?


Samedi 30 avril et dimanche 1er mai


Yvonne et René LE RU:  "Un tour du monde à la voile comme on en rêve avec Amzer Zo".
Ed. La Découvrance.

A soixante ans, après une vie professionnelle bien remplie, un couple de retraités brestois décide de faire un tour du monde à la voile. Ces simples plaisanciers mettent tout en œuvre afin de réaliser leur rêve. Depuis la construction d'Amzer Zo, un voilier de quinze mètres, jusqu'à leur retour, les auteurs décrivent une longue croisière par étapes qui les a conduits via Madère, les Canaries et les îles du Cap Vert à la traversée de l'Atlantique. Ils visitèrent ensuite les Caraïbes et le Venezuela jusqu'au canal de Panama et découvrirent les archipels du Pacifique :  les Galapagos, les Marquises, la Polynésie, Tonga, les îles Fidji et la Nouvelle Calédonie. L'Australie les attendait. Ils l'ont quittée en serpentant entre les îles indonésiennes jusqu'à Singapour. Puis, traversant l'océan Indien, ce furent Ceylan, les Maldives et Djibouti. Naviguant avec prudence dans cette zone dangereuse, ils sont passés en Méditerranée par le canal de Suez et sont revenus en France après un détour par Chypre, la Turquie, la Grèce et Malte. Si René décrit avec brio les tempêtes et les aléas d'une navigation souvent difficile, Yvonne s'attarde davantage sur la description des escales, des habitants, des usages, des fêtes et des liens qui se nouent. Amateurs de plongée, tous deux racontent leur découverte d'une faune et d'une flore marines qui les enthousiasment. Un ouvrage d'évasion qui mérite bien son titre.
Pour en savoir plus, lisez notre coup de cœur.

Dimanche 1er mai




Amiral Laurent MERER :  Deux ouvrages : "Moi, Osmane, pirate somalien". Ed.Koutoubia et "Le roman des marins". Ed. du Rocher.

L'amiral Mérer est un habitué du salon du Conquet où, en 2006, il avait présenté son premier ouvrage "Alindien", qui connut un grand succès et qui obtint de nombreux prix: Académie Française 2006, Encre de Marine 2006, Eric Tabarly 2006. Alors en poste à Brest, il était Préfet maritime de Atlantique. Il est revenu au Conquet en 2008 pour présenter son second livre "Préfet de la mer" ( Prix des Affaires maritimes 2008). 
Né en 1948 d'un père brestois et d'une mère originaire du Nord, n'étant plus en service actif, il a posé son sac sur le littoral de cette mer d'Iroise qu'il ne veut plus quitter et où il se consacre désormais à l'écriture. Il a publié en 2009 "Moi, Osmane, pirate somalien", Grand Prix Océan de l'Association des Ecrivains de Langue Française 2010. Grâce à son expérience d'ancien amiral commandant les forces de l'océan Indien ( Alindien ), l'auteur brosse là le parcours romanesque d'un simple pêcheur que la misère et la guerre civile ont entraîné dans la violence et la piraterie. Un pirate des mers comme il en existe beaucoup d'autres dans cette corne de l'Afrique, et dont les aventures, bien qu'imaginaires, n'en sont pas moins très proches de la dure réalité.
Son dernier ouvrage, "Le Roman des Marins", se place sur un tout autre registre. Il propose au lecteur cinq histoires, cinq fictions romanesques dans le monde d'aujourd'hui, dont des matelots, officiers mariniers ou commandants de navires de la Marine nationale sont les héros. Au travers de leurs aventures sur toutes les mers du monde, lors de leurs escales tropicales comme au cœur des tempêtes, confrontés au danger des incendies, des mines ou au terrorisme moderne, ces hommes courageux sont le reflet des milliers de personnels qui font l'honneur de notre Marine.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai




Jean-Jacques Monnier
Jean-Jacques MONNIER, Claude GESLIN, Patrick GOURLAY, Ronan LE COADIC et Michel DENIS:
"Histoire d'un siècle: Bretagne 1901-2000, l'émancipation d'un monde"
.
Ed. Skol Vreizh.


Ce livre d'histoire du XXème siècle breton, écrit sous la direction du regretté Michel Denis, ancien président de l'université de Rennes-2 Haute Bretagne, est l'œuvre d'un collectif de spécialistes d'histoire contemporaine. Jean-Jacques Monnier a personnellement écrit quatre des sept chapitres qui le composent. Agrémenté de 250 illustrations très souvent originales, cet ouvrage de 400 pages se lit facilement grâce à ses nombreux titres et sous-titres. Il montre comment, tout au long du XXème siècle, la Bretagne a effectué une énorme mutation dans tous les domaines, tout en gardant sa personnalité. De l'image d'une province attardée, que quittait massivement, 
au début du siècle, une population miséreuse à la recherche d'un travail, elle a su après les deux guerres tirer parti de la régionalisation, faire valoir ses atouts, redresser son agriculture, doper ses entreprises agro-alimentaires, créer un secteur électronique dynamique et devenir une région attractive dont l'excellence, en particulier scolaire, est maintenant partout reconnue. Un ouvrage qui réconforte le lecteur breton dans une période terne de morosité générale et qui rend hommage à l'action de ses parents et grands-parents, non sans pointer les nouveaux défis à relever.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.
Contre-amiral Jean-Yves NERZIC :  "La place des armements mixtes dans la mobilisation de l'arsenal de Brest sous les deux Pontchartrain". Ed.H&d 

Cet ouvrage est le fruit d'une longue recherche historique ainsi que d'une thèse de doctorat. L'amiral Nerzic est en effet spécialiste de l'histoire de la Marine au temps de Louis XIV. Il avait déjà présenté en 2007 à notre salon "Marins et flibustiers du Roi-Soleil", un ouvrage érudit qui retraçait l'expédition de Carthagène, en 1697, où étaient associés dans un même combat navires du roi et de la flibuste.
Et c'est précisément la découverte de cette alliance peu ordinaire qui l'a conduit à des recherches plus approfondies.  On y découvre que sous les deux Pontchartrain, secrétaires d'Etat à la Marine entre 1688 et 1713, le roi encourageait les armateurs à s'associer dans des opérations guerrières lucratives dont l'Etat tirait, bien entendu, bénéfice. C'était ce qu'on appelait des "armements mixtes" et les ports de Brest ainsi que de Lorient entretenaient ces prospères flottes mi-privées, mi-publiques.

Dimanche 1er mai.


Michel Perchoc




André Lambert, peintre de la Marine

Michel PERCHOC et Jean-Virgile FUCHS, illustrations d'André LAMBERT:

"Pages d'histoire navale, "Ed. du Gerfaut.
"Renaissance Navale", Marines Editions.


Avec "Pages d'histoire navale" c'est un superbe album que nous livrent là les trois auteurs, grâce aux magnifiques aquarelles d'André Lambert.
L'ouvrage, relié à l'italienne, présente sur chaque page de gauche un événement maritime marquant, expliqué dans son contexte historique. En face, sur la page de droite, l'image qui l'illustre est une véritable œuvre d'art qui fourmille de détails colorés. En tout, le lecteur découvre 43 faits importants de notre histoire navale, depuis le combat de "La Cordelière" au large de la pointe Saint-Mathieu jusqu'aux désastres de Trafalgar ou de Mers-el-Kebir en passant par des actions glorieuses comme à Navarin ou aux Dardanelles, ou même des découvertes scientifiques dans le Pacifique ou en Terre Adélie.

Lisez davantage de détails sur ce beau livre dans notre rubrique "Coup de cœur".

Dans la même série, sous la plume et le pinceau des mêmes auteurs, sont parus "Les marins français explorateurs" en 2007, puis "Esthétique Navale" en 2009.


L'ouvrage de Michel Perchoc "Renaissance navale" est d'un tout autre genre. L'auteur, très documenté sur les nouveaux programmes de construction navale, montre combien la production française se maintient toujours en pointe dans le domaine des nouvelles technologies. Ses derniers navires, bourrés d'électronique, en sont la preuve. Ses frégates sont maintenant furtives, ses grands bâtiments de projection comme Le Tonnerre ou Le Mistral sont presque des porte-avions. La Marine nationale, en pleine mutation technologique, s'adapte ainsi pleinement à son époque.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.



Françoise PERON et Guillaume MARIE:
 "Atlas du patrimoine maritime du Finistère".
Ed. Le Télégramme.


Agrégée de géographie, professeure émérite à l'Université de Bretagne Occidentale, Françoise Péron avait déjà participé à notre premier salon, en 2006, où elle avait présenté une intéressante étude qu'elle avait intitulée "Ouessant, l'île sentinelle". Elle préparait déjà le monumental ouvrage qu'elle vient de publier sur le patrimoine maritime du Finistère. Guillaume Marie, co-auteur de ce beau livre, est docteur en géographie et enseigne aujourd'hui à l'Université du Québec.
L'ouvrage est d'abord un atlas. La carte du Finistère y est déclinée selon tous les types de patrimoines qui y sont répertoriés: les phares et les sémaphores, bien sûr, mais aussi les amers et les abris du marin, les cales et les fortifications militaires, les conserveries et les chantiers navals, les chapelles votives et les maisons typiques de pêcheurs, toutes ces constructions, des plus importantes aux plus humbles, parfois même insoupçonnées, qui, si elles ne sont pas répertoriées, risquent un jour d'être détruites car elles ne serviront plus. Mais le patrimoine est aussi culturel : les peintres ne se sont pas cantonnés aux limites du Morbihan tout proche, des fêtes traditionnelles, des musées, des associations maritimes, des parcours de découverte parsèment aussi le littoral d'un département en pleine mutation.
Et quel avenir pour ces hauts lieux du patrimoine ? Les deux auteurs proposent une ligne de conduite pour mettre en valeur, à long terme, ces lieux de mémoire.
De grand format et abondamment illustré, ce livre constitue véritablement une référence que l'on a envie de posséder chez soi pour y puiser une somme de connaissances.

Samedi 30 avril après-midi seulement.

Louis POULIQUEN :  "Les marées d'équinoxe".
Ed. Coop Breizh.


Ancien médecin à Paris, Louis Pouliquen signe ici un roman, comme les autres, très marqué par la Bretagne et ses rivages grandioses.
Une jeune femme, en vacances à Roscoff, a perdu toute trace de son fils unique, Nicolas, parti s'exiler en Inde. Elle sait qu'elle n'a plus beaucoup de temps à vivre à cause de la maladie qui la ronge. Va-t-elle céder à la déprime ? Ou au contraire profiter des derniers beaux jours jusqu'aux marées d'équinoxe ?


Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.





Gérard RECORBET:
 " Il était une fois un bateau à voile":   2 tomes parus
Tome 1 : "L'Antiquité. Des bords du Nil à la flotte impériale"
Tome 2 : "Le Moyen Âge. 1ère partie: Du feu grégeois aux jonques chinoises"
Ed. Les Presses du Midi.

Ces deux ouvrages d'environ 200 pages chacun constituent le début d'une véritable encyclopédie historique de la navigation à voile. Depuis la première pirogue monoxyle préhistorique, les petites barques fluviales du Nil utilisées dès 3500 avant JC , les longues barges transportant les blocs de pierre destinées aux pyramides puis le début des grandes expéditions maritimes, l'auteur analyse les moyens dont disposaient les différents peuples du monde pour s'aventurer sur les eaux. Qu'elles constituent des unités de guerre ou de commerce, des embarcations de tout type et de toutes tailles sont à la base du développement économique des peuples et de leur expansion territoriale et culturelle.
Le tome 1 s'attache à la navigation en Méditerranée et s'achève avec la fin de l'empire romain en 476. On y trouve des descriptions précises, abondamment illustrées, des principaux types de navires, qu'ils soient égyptiens, crétois, phéniciens, grecs, carthaginois ou romains.  On y découvre aussi comment ils ont été utilisés dans les combats ou les voyages de découvertes.
Le tome 2, après les navigations byzantine et arabe s'échappe rapidement de la Méditerranée pour étudier les navires celtes ou les différents types de drakkars vikings. Puis il se tourne vers l'Asie avec les bateaux chinois, japonais ou coréens ( déjà ! ) et se termine par un coup d'œil sur les embarcations polynésiennes. Ce n'est du reste pas le moindre mérite de ce tome que d'élargir le panorama aux navigations dans des contrées non européennes. Comment par exemple cet ouvrage aurait-il pu ignorer les énormes jonques du Chinois Zheng He ?
Et le lecteur se prend à attendre impatiemment la sortie du prochain tome qui fera sans aucun doute la part belle aux nefs médiévales utilisées lors des croisades.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.






Elisabeth de SAINTE FOY:
 "Le Loup, seigneur de La Fontenelle".
Ed. Coop Breizh.

Les incroyables exactions auxquelles s'est livré en pays bigouden, au temps des guerres de religion, le seigneur Guy Eder de La Fontenelle ont été décrites par Georges Tanneau sur notre site dans un poème, "La cité perdue" ainsi que dans un document historique : "Les vaisseaux de pierre".
Mais voilà bien une centaine d'années qu'un livre n'y avait pas été consacré. S'appuyant sur des archives longtemps oubliées, l'auteure nous entraîne dans un roman historique qui décrit la vie tumultueuse faite de meurtres et de débauches d'un jeune noble de la fin du XVIème siècle,  qui, au nom de la religion catholique, entretint une véritable armée de brigands ainsi qu'une redoutable flotte. Depuis son repaire de l'île Tristan à Douarnenez, il terrorisa et mit à sac toute une région. Après avoir pourtant été pardonné par Henri IV, il fut jugé pour ses crimes et c'est sur la roue en place de Grève qu'il fut exécuté ; sa tête fut par la suite exposée à Rennes.

Un roman où la fiction est sans doute encore moins sauvage que la triste réalité.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.


Dominique SALLES: " L'encyclopédie des sous-marins français".
T1: "Naissance d'une arme nouvelle".
T2:  "D'une guerre à l'autre".
Ed. SPE Barthélémy.


Ancien sous-marinier, Dominique Salles est l'un des auteurs de l'équipe rédactionnelle de sous-mariniers, de marins et d'ingénieurs qui, sous la direction de l'amiral Thierry d'Arbonneau et avec le support des superbes illustrations de Michel Bez, Peintre de la Marine, fait revivre l'histoire et l'aventure de ces bâtiments et de leurs équipages.
Le premier tome raconte la naissance d'une arme nouvelle, l'œuvre des pionniers et le premier conflit mondial.
Le deuxième montre l'affermissement des techniques, l'évolution des programmes et relate exploits et misères du début du deuxième conflit.
Le troisième traitera de l'apogée des sous-marins classiques et le quatrième sera consacré aux sous-marins nucléaires.
Une collection rare, à commencer dès à présent, et des ouvrages de qualité et de référence.



Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.


Joan SAMSON: " Les contes de l'Ar-Beg ".
Ed. du Mendu.


L'Ar-Beg ( La Pointe en breton ) est le nom de la vedette de sauvetage SNSM de Trévignon, au sud de Concarneau. A l'occasion du centenaire de cette station qui s'est illustrée dans de nombreuses et courageuses interventions, Joan Samson a eu l'idée de réunir en un petit recueil cinq histoires de sauvetages en mer. Cinq récits écrits pour les jeunes, alliant la pertinence des descriptions à la rigueur d'un vocabulaire marin qui fait l'objet, en fin d'ouvrage, d'un glossaire très pédagogique. Les récits sont courts et souvent émaillés de pointes d'humour malgré le suspense qu'ils engendrent. Un petit livre qui rend hommage aux sauveteurs bénévoles, à lire à partir de 8 ans.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.


Marie SIZUN
: " Plage ".
Ed. Arléa.


Née en 1940, Marie Sizun a été professeure de lettres avant de se tourner vers l'écriture. Elle a déjà publié chez Arléa "Le père de la petite",  "La femme de l'Allemand" (Grand prix littéraire du magazine Elle , prix des lecteurs du Télégramme, et prix J-P.Coudurier ) , "Jeux croisés" et "Eclats d'enfance".
"Plage", sorti en 2010, est donc son cinquième roman. Afin d'attendre son amant François, un homme marié, sur une plage du sud-Finistère, Anne est arrivée avec une semaine d'avance. Seule, elle égrène les jours en observant la vie des vacanciers,
ces baigneurs qui lui rappellent son enfance. Son téléphone mobile la relie sporadiquement à son amant, mais les conversations se font de plus en plus rares. L'angoisse de la jeune femme, passionnément amoureuse, se transmet inconsciemment au lecteur qui ne peut plus se défaire de ce livre avant de l'avoir achevé. Une œuvre fine et sensible, dans laquelle la côte grandiose de la Bretagne se substitue à l'absent.

Samedi 30 avril et dimanche 1er mai.





Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler