Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.

HISTOIRES
 DE
MER


Histoires du large


Cadeau d'anniversaire


Un bananier chargé
de ferraille



Partie de cache-cache
dans le brouillard



Rapports de mer


La sardine


Les vaisseaux de pierre


Un malamok
peut en cacher un autre



L'aventure câblière
de Déolen
en Locmaria-Plouzané



Le naufrage de La Sémillante


Nouméa:
la vie sur les pontons



Cyclone
dans le lagon calédonien




Le guetteur de Molène



La Marie-Jeanne


Des liens de varech


Il a neigé sur la ville d'Ys


Quand j'étais castor


La Pierre aux Femmes


Le naufrage effacé


Noël sur un bateau


Tempête en mer de Chine


Le gabier de La Saône


Vole, mon goéland !


Là-haut sur la mer


Les 8 vents de Majorque


Retour de pêche


Rencontre avec le Kurun


Rêveries arctiques


Les mers
ne devraient pas mourir



La mascotte du Cévennes


Rêves de mousse


La vie d'un ancien port fluvio-maritime:
Pont-L'Abbé



Demain, la mer...



   

LE  GUETTEUR  DE  MOLENE ©

Un rappel historique de Josette TOURNERIE.


Article du Télégramme

A la lecture de cet article du "Télégramme", Josette Tournerie a rassemblé ses souvenirs:

    A cette époque, le guetteur sémaphorique de Molène était un homme  dont le rôle dépassait largement celui du militaire que ses galons lui signifiaient. Avec le maire et le curé, il représentait l’autorité morale de l’île. La situation du sémaphore, en plein centre et au point culminant, contribuait à faire de son habitant ce haut personnage polyvalent à qui l’on avait bien souvent recours pour résoudre des problèmes de la vie civile. Les moyens de communication rapide avec le continent, téléphone, télégraphe, radio, étaient concentrés en ce lieu sous l’autorité de ce savant chef d’orchestre. Il n’était donc pas rare qu’il intervienne dans les affaires personnelles de la population, en utilisant gracieusement le matériel de l’état.                      

                     Mon père se chargeait des messages privés. Les braves Molénaises venaient le solliciter pour, disaient-elles, « lancer un télégramme ». Naïvement elles imaginaient peut-être que mon père, qui écrivait sous leur dictée, « lançait » ensuite le papier du haut du sémaphore. Je le soupçonne d’avoir malicieusement inculqué cette notion dans les esprits crédules, tout étonné sans doute que la plaisanterie ait été prise à la lettre, c’est le cas de le dire. Ainsi, il était devenu le facteur des airs, mais également le confident des ménagères qui se faisaient un devoir de lui expliquer la teneur du message en question, assurées que mon père saurait rester discret. Et elles avaient raison, car il avait de sa mission une haute opinion, comme alors tous les militaires  à propos desquels on disait, mi-plaisantant, mi-sérieusement : « Service, service, jugulaire, jugulaire ». Pour rien au monde  il n’aurait  failli à la règle qu’il s’était  imposée, au grand dam de ma mère, laquelle aurait bien aimé être dans la confidence. Alors même qu’elle affirmait que l’une ou l’autre des visiteuses dévoilait chez l’épicier le secret de ses propos, pas toujours gravissimes heureusement, il s’abstenait de tout commentaire.

                      Le plus souvent ancien marin, parfois ancien pêcheur,  le guetteur inspirait le respect par sa connaissance profonde de la mer, et l’amour qu’il lui portait. Les bateaux, que ses jumelles traquaient en permanence quand le temps se faisait mauvais, pouvaient compter sur sa vigilance et son intervention rapide en cas de besoin. La profession faisait partie intégrante de la vie maritime ; les pêcheurs en reconnaissaient les valeurs, et bien  des catastrophes ont pu être évitées, grâce à cette confiance mutuelle qui les liait. Dans cette communauté si rude des travailleurs de la mer, le guetteur était bien des leurs du haut de sa tour.

                     Si je revoyais aujourd’hui cet amer blanc qu’est devenu le sémaphore de mon enfance, peut-être rencontrerais-je, sur l’une des petites galeries offertes aux quatre vents, une ombre immobile campée face à la mer.  Dans le silence lourd j’entendrais, surgis de ma mémoire, le grésillement de l’émetteur, et la voix de mon père appelant sans se lasser : Antifer, Antifer… Mes souvenirs peupleraient ces lieux comme autant de fantômes bannis,  et à la plainte du vent d’ouest se mêleraient les soupirs des guetteurs, éplorés devant leur poste déserté.  

                                      Josette TOURNERIE       le 17 mars 2009

 

Voir aussi dans notre rubrique "Coups de cœur" le roman de Josette Tournerie "La petite fille du sémaphore".
a Marie-Jeanne

Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler