Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.






LA  MER
EN
POEMES


























L'auteur :

Georges Tanneau


°1937 - +2013


Voir les
autres poèmes
de Georges Tanneau












Voir
toute la liste
des poèmes







Les plus récents :

Aux Blancs Sablons

Tableau

Allez les marins

Soir d'été à Cabourg

Cavelier de la Salle

La rivière aux oiseaux

Omaha Beach




Les mailles du souvenir.©
Une chanson écrite par Georges TANNEAU.




Ramendage des filets à l'école d'apprentissage du Guilvinec
Ramendage des filets à l'école d'apprentissage du Guilvinec

*

Mes rêves de gamin, étaient-ils prisonniers
Des mailles des filets qu'il fallait ramender ?
Mes rêves de gamin, étaient-ils emportés
Par ces plis qui tombaient en toiles d'araignées ?

Ces filets s'accrochaient aux poignées des fenêtres
Et ils filtraient alors nos joies et nos soucis.
Chaque maille portait un soupir, un peut-être,
L'espérance sans fin des gens de par ici.

Oui, quand j'étais gamin, combien m'ont fait rêver
Tous ces sombres rideaux aux odeurs de tanin,
Car ils me racontaient le vent et la marée,
Le bateau qui tanguait, le retour des marins.

Ces filets s'entassaient dans un coin de la chambre
Et comme des rochers couverts de goémon
Qu'ils étaient durs et forts, qu'ils étaient doux et tendres,
En devenant pour moi l'île de Robinson.

Il m'arrivait parfois de prendre des aiguilles,
De les garnir de fil, car il fallait aider
Ma mère ou, je ne sais, quelqu'un de la famille
Dont je revois encor les bouts de doigts usés.

Des doigts qui s'activaient parmi les alvéoles,
Les mailles des filets qu'il fallait réparer.
Quand le jour déclinait, une lampe à pétrole
Projetait sur les murs ces doigts démesurés.

Mes rêves de gamin se laissaient prendre au piège
De la nuit qui pesait sur la corde des plombs.
Je m'accrochais alors à la corde des lièges,
Mes paupières donnaient de grands coups d'avirons.

Enfin je me laissais partir à la dérive
Dans un pli de filet, un fouillis de cordage.
Portés par les courants, très loin de toute rive,
Mes rêves ressemblaient souvent à des naufrages.







Une ancre de bateau dans un jardin se rouille
Et les filets anciens se sont effilochés.
Une épave moussue s'envase dans la souille
Que n'atteint désormais que la grande marée.







Qui se souvient encor du temps des années mortes
Où l'on reconnaissait la maison du marin
Au filet suspendu sur le pas de la porte ?
De nos rêves d'enfant, qui encor s'en souvient ?

D'un filet suspendu sur le pas d'une porte
Et d'un rêve d'enfant, qui de nous s'en souvient ?






                                                                                                              Georges Tanneau
                                                                   
                                                                                                            °1937 - +2013


Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler