Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.







HISTOIRES
 DE
MER








Cadeau d'anniversaire


Un bananier chargé
de ferraille



Partie de cache-cache
dans le brouillard



Rapports de mer


La sardine


Les vaisseaux de pierre


Un malamok
peut en cacher un autre



L'aventure câblière
de Déolen
en Locmaria-Plouzané



Le naufrage
de La Sémillante



Cyclone
dans le lagon calédonien




Nouméa: la vie sur les pontons



Histoires du large


La Marie-Jeanne


Le guetteur de Molène


Des liens de varech


Il a neigé sur la ville d'Ys


Quand j'étais castor


La Pierre aux Femmes


Le naufrage effacé


Noël sur un bateau


Tempête en mer de Chine


Le gabier de La Saône


Vole, mon goéland !


Là-haut sur la mer


Les 8 vents de Majorque


Retour de pêche


Rencontre avec le Kurun


Rêveries arctiques


Les mers ne devraient pas mourir


La mascotte du Cévennes


Rêves de mousse


La vie d'un ancien port fluvio-maritime:
Pont-L'Abbé



Demain, la mer...



Cette page a été consultée 2181 fois en 2012 et 1278 fois en 2013 jusqu'à la fin novembre.




Nouméa: la vie sur les pontons.©

Un récit écrit par Cécile Briand.


   Les bancs en béton de la marina de Port-Moselle, à Nouméa, je les connais par cœur. Il y a cinq ans, alors que je découvrais ma nouvelle escale, je venais régulièrement m'y asseoir pour mieux contempler le monde. J'appréciais le calme de ses pontons et leur pouvoir magique d'invitation au voyage immobile.
  Aujourd'hui, je contemple ces mêmes bancs où les passants viennent souvent chercher un air du large. Tant de choses se sont passées depuis mes premiers pas ici...
   Après deux ans sur les îles Loyauté à vivre en tribu, dans une maison sommaire puis une case en tôles, nous avons apprécié d'habiter dans un appartement confortable à Nouméa: eau chaude, eau froide, et eau de toute manière quand on ouvre le robinet, de surcroît à l'intérieur même de la maison. Un véritable luxe ! Mais cela était en fait retombé peu à peu dans le commun, presque trop facile.
   Et puis, autour de nous, des amis vivaient sur un bateau... Nous visitions des bateaux pour le plaisir des yeux sans nous douter qu'un jour nous franchirions également le pas. Mais, croyez-moi, il y a une sacrée marge entre la déclaration légère:
- Moi aussi, un jour, je ferai comme Antoine¹, 
le chanteur !
et la très concrète mise en vente du réfrigérateur, l'arrêt du bail de l'appartement et le tri draconnien de la bibliothèque.
   En deux mois, nous sommes donc passés d'un T3 à un 14 tonneaux. La décision méritait mûre réflexion, d'autant plus que, en ce qui me concerne, je m'engageais dans un domaine inconnu, la voile. Après tout, si on ne tentait pas l'expérience en Nouvelle-Calédonie, où le ferait-on ?
   Tobago est donc plus qu'un bateau, c'est une maison. S'il est possible de vivre avec moins d'affaires, il est cependant parfois étouffant de manquer d'espace vital. L'arrivée d'un bébé imposa de partager encore davantage cet espace. Impossible de pousser les murs ! Heureusement, les sorties sur le lagon permettent à l'inverse d'embrasser toute l'immensité de la mer.
   Et la marina de Nouméa est plus qu'un simple parking à bateaux. C'est un village! Sur le ponton C, le nôtre, une dizaine d'entre eux sont habités toute l'année. Le climat clément le permet et sous un beau soleil, à la seule pause de midi, on a vite fait de se croire en vacances.

Port-Moselle à Nouméa.

   Lotissement hors pair malgré l'alignement des maisons ( ...flottantes ). On se connaît par nos prénoms et par le nom du bateau qui remplace, en quelque sorte, le nom de famille. José ? José du Cat ou José de Témanu ? Thierry et Nathalie de Totoche. Gendarme en retraite, infirmière, sculpteur ou prof, on s'enrichit au passage d'une particule anoblissante.
   Ici, pas de portail en bois peint en rose, de clôture en grillage ou de nain de jardin pour personnaliser le "home sweet home". A bien regarder, il n'y a jamais deux bateaux semblables. Outre la longueur de la coque et le nombre de mâts, notre Tobago, lui seul,se distingue par son grand taud bleu, l'annexe retournée sur l'avant et la poussette retenue par un bout à la borne électrique pour éviter un plongeon dans le port. Pour d'autres, ce sera une cage à oiseau, une plante verte ou un vélo pliant.
   Le week-end, une légère vague ressentie dans le carré signale le départ des voisins pour un îlot. On va alors donner un coup de main pour la manœuvre depuis le ponton. Une autre fois, on s'aidera mutuellement pour se hisser en tête de mât et détordre la girouette ou pour plier une voile à recoudre. Ou bien encore on les croisera à la capitainerie devant le panneau d'affichage de la météo ou au sortir des blocs sanitaires, en pleine discussion en anglais avec un équipage néo-zélandais qui vient de débarquer au ponton "visiteurs".
   Le ponton "visiteurs", c'est la porte d'entrée obligée en Nouvelle-Calédonie quand on arrive par la mer. Comme à la descente d'avion dans un nouveau pays, il faut passer par les formalités douanières. Donc, pour signaler leur arrivée toute fraîche, les circumnavigateurs doivent hisser sur les haubans de leur bateau un pavillon jaune. Celui qui demande la visite des douaniers avant - confort suprême après des semaines en mer - d'avoir le droit d'aller prendre un verre à terre au "Bout du monde", le restaurant tout neuf de la marina.
   Les coureurs des océans resteront ensuite une semaine, un mois ou un an, soit à quai, soit au mouillage. Tantôt simple escale technique, tantôt escale pour remplir la caisse de bord.
   Parfois, nous sommes pris de vertige, car, certaines semaines, le ponton en question ressemble à un véritable salon nautique: navire de milliardaire, vieux rafiot aux relents de gasoil et de graisse, embarcation aussi spacieuse qu'une boîte de sardines, fin oiseau en provenance de la course Sydney-Nouméa, voiliers peuplés de joyeuses couvées d'enfants... L'équipage de Tobago joue dans la cour des grands. Les globe-flotteurs se connaissent depuis... on ne compte pas les années: on se signale plutôt le port de rencontre. Sénégal, Kourou, canal de Panama, un mouillage aux Marquises !

   Lors du dernier recensement, l'agent affecté à la marina fit un beau voyage dans ses imprimés:
- Où viviez-vous lors du recensement précédent ?
- On naviguait dans le Pacifique.
Et avec les lieux de naissance des enfants, on peut aisément en déduire le trajet emprunté par le voilier familial...




Cécile Briand





 1- Banana Split, le catamaran d'Antoine, a compté pendant longtemps parmi les bateaux de Port-Moselle à Nouméa.

Vue de la marina Port-Moselle de Nouméa.
La marina Port-Moselle de Nouméa.




Lire aussi sur ce site, du même auteur, "Cyclone dans le lagon calédonien."


Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler