Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.






GRANDS  MARINS
DU
MONDE

*
Les noms en grisé
ne sont pas encore disponibles.

*


Les Phéniciens de Néchao II
( vers  -600 )


Le périple d'Hannon
( vers  -460 )


Néarque
( vers  -360  à  vers  -300 )


Pythéas
( vers  -300 )


Zheng He
( 1371 - 1435 )


Barthélémy Diaz
( 1450 - 1500 )


Christophe Colomb
( 1451 - 1506 )


Afonso de Albuquerque
( 1453 - 1515 )


Amerigo Vespucci
( 1454 - 1512 )


Barberousse
( 1466 - 1546 )


Vasco de Gama
( 1469 - 1524 )


Gonneville
( vers 1470 - ? )


Primauguet
( vers 1475 - 1512 )


Fernand de Magellan
( 1480 - 1521 )


Jacques Cartier
( 1491 - 1557 )


Jean Parmentier
( 1494 - 1529 )


Francis Drake
(1545 - 1596 )


Willem Barents
( 1550 - 1597 )


Abraham Duquesne
( 1610 - 1688 )


Anne-Hilarion de Tourville
( 1642 - 1701 )


Jean Bart
( 1650 - 1702 )


René Duguay-Trouin
( 1673 - 1736 )


Jacques Cassard
( 1679 - 1740 )


Vitus Béring
( 1681 - 1741 )


James Cook
( 1728 - 1779 )


Marion-Dufresne
( 1729 - 1772 )


Suffren
(1729 - 1788 )


Bougainville
( 1729 - 1811 )


Charles Cornic
( 1731 - 1809 )


Yves de Kerguélen
( 1734 - 1797 )


Antoine d'Entrecasteaux
( 1737 - 1793 )


Jean-François de La Pérouse
( 1741 - 1788 )


Nelson
( 1758 - 1805 )


Pierre Roch Jurien de la Gravière
( 1772 - 1849 )


Surcouf
( 1773 - 1827 )


John Franklin
( 1786 - 1847 )


Dumont d'Urville
( 1790 - 1842 )


Emile de Bray
( 1829 - 1879 )


Joshua Slocum
( 1844 - 1909 )


Emile Guépratte
( 1856 - 1939 )


Jean-Baptiste Charcot
( 1867 - 1936 )


Alain Gerbault
( 1893 - 1941 )


Marcel Bardiaux
( 1910 - 2000 )


Jacques-Yves Cousteau
( 1910 - 1997 )


Thor Heyerdahl
( 1914 - 2002)


Jacques - Yves Le Toumelin
( 1920 - 2009 )


Annie Van de Wiele
( 1922 - 2009 )



Eric Tabarly
( 1931 - 1998 )


En bas de page : des livres pour en savoir plus.



NEARQUE
vers - 360 à vers - 300

navarque d'Alexandre le Grand.


par Michel RIVIERE.


  Néarque est célèbre pour avoir dirigé la flotte d'Alexandre le Grand depuis l'Indus ( en -325 ) jusqu'à l'embouchure de l'Euphrate ( -324 ) par l'océan Indien et le golfe Persique. Cette entreprise permit d'asseoir l'impérialisme maritime grec, d'ouvrir une nouvelle route de l'Inde à la Mésopotamie et au-delà à la Méditerranée, une nouvelle voie commerciale que les marins mésopotamiens emprunteront, suivis par les marins arabes et indiens. Néarque est le créateur de la route maritime des épices. Son périple eut un grand retentissement dans l'Antiquité.
   Son "Journal" connu sous le titre de
"Périple de la mer Erythrée" existait encore cinq siècles plus tard lorsque Flavius ARRIEN en a donné des extraits dans ses "Indiques". Il était empli d'observations nautiques, géographiques et physiques sur les lieux que Néarque avait parcourus.

***

Le village natal de Néarque
Ruines de Lato, en Crête, le village où Néarque serait né.  Photo Felipe33.

  Néarque naquit en Crête ( ou peut-être à Amphipolis, en Macédoine ) en -360. Fils de marin, marin lui-même et ami d'enfance d'Alexandre, ce dernier, roi de Macédoine, le nomma en -333 satrape de Lycie-Pamphylie. Néarque y montra ses talents d'administrateur; envoya des renforts militaires en Bactriane ( -328 à -327 ) à l'armée d'Alexandre qui avait entrepris la conquête du Monde, et participa ensuite à l'expédition de l'Inde.

Le périple de Néarque
en jaune, le périple de Néarque
 d'après "Alexandre-le-Grand" de J-G.Droysen (1834), Ed.Le Club du meilleur livre 1957



  Alexandre, ayant franchi l'Indus, s'engagea dans le Pays des 5 Rivières ( le Penjab actuel ) et parvint au fleuve Hyphase. Mais les soldats, épuisés et apeurés, ne voulurent pas l'accompagner aux "rivages lumineux de l'extrémité de la Terre". Après trois jours de méditation, le roi donna l'ordre de s'en retourner vers la mère patrie.
  Alexandre décida de descendre le fleuve jusqu'à la mer et nomma Néarque "navarque", c'est-à-dire amiral de la flotte. Celui-ci disposa de 1000 vaisseaux commandés par 33 triérarques; chacun d'eux dota ses bâtiments d'une couleur différente pour faciliter les manœuvres et les regroupements. Onésicrite, le pilote d'Alexandre, lui fut des plus précieux lors des dangereux confluents de rivières ainsi que par la suite le long des côtes.
  Novembre -326: départ de Nicée, ville fondée par Alexandre sur l'Hydaspe ( Jhelum actuel ).
  Janvier-février -325: 550 km après le départ, la flotte accrue par Néarque comprenait 1800 à 2000 embarcations de toutes sortes.
  Juillet -325: la flotte arriva au delta de l'Indus à Pattala ( Hyderabad actuel ).
  L'armée se sépara en deux:
   - La flotte commandée par Néarque qui devait longer la côte pour atteindre le golfe Persique et l'embouchure de l'Euphrate.
  - L'armée de terre qui se scinda en 2 puis en 3 corps dont celui dirigé par Alexandre qui devait suivre la côte pour prêter main-forte, le cas échéant, à la flotte. Alexandre partit un mois avant Néarque.


Alexandre et la flotte confiée à Néarque
Alexandre au milieu de sa flotte en Inde. Gravure d'André Castaigne 1898.


  La mission dévolue au navarque était de reconnaître les côtes, de repérer les ports, les points d'eau, les îles, les golfes, les villes côtières, les régions fertiles ou inhospitalières... un véritable travail cartographique. Il rapporte dans ses mémoires qu'Alexandre appréhendait la longueur du voyage, les dangers d'une côte déserte, le risque de manquer de ports et les difficultés d'approvisionnement. Le roi redoutait l'échec d'une entreprise qui aurait terni sa gloire.
  Néarque attendit que les vents soient favorables, qu'ils soufflent du continent vers la mer ( mousson d'hiver ); il partit vers le 5 octobre -325 avec environ 10000 hommes et 120 bateaux ( des kerkoures et des triacontères surtout ) remplis d'hoplites, d'archers, d'épibates et de... catapultes. Le flux et le reflux, phénomène nouveau pour les Grecs, fut source d'inquiétudes et de naufrages. Il relâcha quelques semaines à Port Alexandre ( Kouratchi ), puis le véritable périple commença.

  Néarque dut surmonter les difficultés d'une flotte non adaptée à la navigation océanique, même s'il ne faisait pratiquement que du cabotage:  tempêtes venant du large, brisants et ressacs de la côte. Mais les pertes de navires furent négligeables. Il fallut accoster fréquemment, faire le coup de main pour trouver une maigre nourriture et une eau saumâtre. Au pays des Ichtyophages ( côte de Gédrosie ) il ne trouva à manger que du poisson séché, en poudre, nauséabond, que l'on donnait aussi aux animaux... Le merveilleux se mêla au périple: une île enchantée avec une sirène, des humains plus horribles que les cyclopes et des troupeaux marins effrayants ( des baleines ). Malgré toutes les difficultés, il n'y eut aucun mouvement de révolte.
  Néarque atteignit l'embouchure de l'Anamis ( l'actuel Rud Bar ) à Harmozia ( Hormouz ) en Carmanie après 80 jours et 1300 km de navigation; il y retrouva Alexandre. Fin janvier -324, il arriva à l'estuaire de l'Euphrate, s'engagea dans le Pasitigre et gagna Suse.
   Alexandre avait projeté d'occuper les ports de l'Arabie; huit jours avant sa mort, il enjoignait à son navarque de se tenir prêt à partir.

  Néarque, qui avait été amiral de la flotte de -326 à -323, devint, après la mort du roi, chef d'état-major d'Antigone puis de Démétrios jusqu'en -313 au moins. La date de sa mort reste inconnue.



NAVIRES UTILISES.

 Selon Aulu-Gelle, les bâtiments utilisés par Néarque furent d'une trentaine de types et d'origines très diverses: phénicienne, chypriote, grecque, mais aussi locale. ( cf l'ouvrage de Paul Faure ).

pentèries - ou quinquérèmes, certains munis d'éperons de bronze, plus stables que les fines trières grecques et pouvant transporter 50 combattants lourds.
tétrèreis ou quadrirèmes, d'origine phénicienne.
trières à marche accélérée.
hémioliaï, navires d'une file et demie de rameurs.
triakontoroï ( 30 rameurs ), parfois pontés et appelés alors kataphraktoï.
dikrotoï à double file de rameurs sur chaque bord.
kerkouroï chypriotes imités du kirkarah phénicien, légers, à voiles et à rames.
strongyla ploïa ( vaisseaux ronds ) pour le transport des marchandises et des chevaux.
ravitailleurs, barges, radeaux et flotteurs indigènes.

Les plus rapides étaient les pentèries et les tétrèries. Les Phéniciens avaient réalisé, entre autres innovations, celle de placer plusieurs rameurs sur une seule rame.
Les plus intéressantes, pour les historiens, sont les kerkouroï, ancêtres des dungiyah, caboteurs qui évoluaient encore dans les années 1930 le long de l'océan Indien et dont le type, selon leurs pilotes, datait de la venue d'Alexandre.


Dungiyah
Dungiyah

Notons toutefois qu'un autre navigateur grec, Scylax de Caryanda, aurait deux siècles plus tôt, sur l'ordre de Darius, roi des Perses, effectué vers -508 une exploration de l'Indus et des côtes de l'océan Indien jusqu'à la mer Rouge. Mais la relation de ce voyage, écrite par Scylax sous le titre de "Periplous", n'a pas été conservée.

Michel RIVIERE.


EN SAVOIR PLUS:

Sur le périple de Néarque :
Il n'existe, à notre connaissance, qu'un ouvrage imprimé en 1800.

Voyage de Néarque
Cet ouvrage de bibliophile est téléchargeable gratuitement sur le site de la Bibliothèque Numérique "Gallica".


Sur Alexandre le Grand:

Cette réédition du texte d'ARRIEN, qui date de 1984, est considérée comme la meilleure et la plus critique parmi tous les récits concernant l'épopée d'Alexandre.


Histoire d'Alexandre
aux Editions de Minuit

Voici ce qu'en disait à l'époque le journal "Le Monde" :

Article du Monde sur la nouvelle traduction du texte d'Arrien


Soulignons aussi l'excellent ouvrage suivant, malheureusement non réédité, mais que l'on peut trouver dans les bibliothèques :
PEDECH (Paul).- "Historiens compagnons d’Alexandre : Callisthène, Onésicrite, Néarque, Ptolémée, Aristobule"- Les Belles Lettres, 1985.



Alexandre le Grand
RADET (Georges).- Alexandre le Grand.-L’Artisan du Livre, 1931- 454 p.
(Périple de Néarque pp. 308-336)
Editions L'artisan du livre
Alexandre
FAURE (Paul).- Alexandre.- Fayard, 1985.- 580 p
Editions Fayard
Alexandre le Grand Alexandre le Grand








Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler