Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.




NOUVELLES
 2014








Lire
d'autres
textes


Neuf mois en mer
.©

Une nouvelle de Clervie QUELVEN
élève du collège Saint-Exupéry, à Niort.
3e prix, catégorie "Collégiens 4e-3e "


***


     Allongé en position fœtale, Arthur se sent merveilleusement bien. Une douce chaleur règne dans l’endroit où il se trouve et il se sent bercé par un lent balancement. Une douce torpeur l’envahit. Au loin, il entend de la musique. Légère, rapide, aigue… Très agréable en tout cas ! Il entend aussi des bruits de voix.
   Au fil des semaines, Arthur en reconnait 2, particulièrement. Une plutôt grave, un peu timide et une autre, douce, maternelle, qu’il entend très souvent.
   Maintenant qu’il est réveillé, Arthur s’amuse à faire des cabrioles. Il flotte en apesanteur dans le petit espace où il est confiné depuis… Il ne le sait pas d’ailleurs, depuis combien de temps il patiente ici. Arthur ne sais pas compter.
   Les semaines ont passée, et, depuis quelques jours, Arthur se sent un peu à l’étroit dans ce qu’il pourrait qualifier de prison. Il remue beaucoup, essaye d’agrandir son espace vital et, de colère, donne des coups de pieds dans les parois molles et d’une texture agréable. Fatigué par tous ses efforts, il s’endort d’un sommeil de plomb.
   Quand il se réveille, sa décision est prise : il doit sortir de cet endroit coûte que coûte ! Alors il se met à pousser, de toutes ses forces, à taper, à se renverser… Il ne sait pas combien de temps cela dure mais qu’importe… Il est prêt à tout pour se libérer.
   Tout-à-coup, il se sent glisser, lentement. Vers le bas ? Il n’en est même pas sûr. Il continue à glisser, tranquillement, la tête la première. C’est alors que la douleur arrive, terrible, insurmontable. Sa tête est compressée, elle va exploser tellement il souffre.
   Arthur ne souhaitait pas une telle douleur. Il voulait sortir, oui, mais à ce prix ? L’atroce douleur quitta sa tête et se dirigea vers le reste de son corps. Elle gagna ses épaules, puis son torse et son ventre. Arrivé à ce stade, Arthur aurait fait n’importe quoi pour que la douleur cesse. Il avait l’impression que des milliers d’épines étaient plantés dans sa peau.
   Et puis, aussi soudainement qu’elle était arrivée, la douleur disparut. Ses jambes glissèrent à leur tour hors de leur prison. A ce moment, il ouvrit grand la bouche, prit une grande inspiration et se mit à crier pour la première fois de sa courte vie.
    Deux grandes mains, blanches et chaudes le saisirent et le levèrent.

-C’est un garçon ! dit la sage-femme.

   Arthur criait toujours. Une autre personne le saisit. Elle avait l’air fatiguée mais heureuse. Elle le revêtit d’un habit bleu, doux et plutôt agréable à porter. A ce moment, Arthur découvrit quelqu’un d’autre qui parlait avec celle qui venait de l’habiller. Il reconnut les voix qui avaient l’avaient bercé pendant neuf mois. Les voix de ses parents…
    Pendant quelques jours, Arthur resta dans la chambre blanche puis il fit un petit voyage dans un étrange engin bruyant de la même couleur que son pyjama. Ses parents l’installèrent dans une jolie pièce claire et ensoleillée.
    Autour de son lit, il y avait de nombreuses peluches, toutes plus douces l’une que l’autre. Au dessus, il y avait un cadre, et dans ce cadre, un beau faire-part rédigé en ces termes :

« Après neuf mois passés en mère, notre petit marin a débarqué
sur des terres inconnues et en commence l’exploration avec joie.
Mr et Mme Ondin sont heureux de vous faire part de la naissance d’Arthur. »




Clervie  QUELVEN 


Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler