Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.







LA  MER
EN
POEMES
























L'auteur :

Georges Tanneau

 


Voir les
autres poèmes
de Georges Tanneau












Voir
toute la liste
des poèmes












Les plus récents :

Aux Blancs Sablons

Tableau

Allez les marins

Soir d'été à Cabourg

Cavelier de la Salle

La rivière aux oiseaux

Omaha Beach

Au temps de la rogue1  ©

Cette chanson, écrite par Georges Tanneau

a été publiée dans "L'Almanach du Marin Breton 2005.


L’auteur raconte dans cette chanson quelques épisodes de son premier embarquement sur un sardinier, en 1951.

Il avait, à l’époque, 14 ans.


Déchargement de la sardine.
Photo: POUILLOT-EHANNO. Collection Amédée LE PALUD


Parlons un peu du temps passé, tu dois avoir mon âge,
Tu as connu, tout comme moi, la fleur des équipages;
C’était ici, à Douarnenez, un peu après la guerre,
Lorsque venait se rassembler la flotte sardinière. (bis)


Il y avait cinq cents bateaux, malamoks et pinasses²,
En cabanage et béquillés, dormant à marée basse.
Certains venaient de Quiberon ou des Sables-d’Olonne,
Tous équipés de filets bleus³, aux premiers jours d’automne. (bis)


Malamoks au Guilvinec
Malamoks  au  Guilvinec


L’un d’eux venait du Guilvinec ; à bord, un petit mousse
Traînait un peu ses lourds sabots, allant comme on le pousse,
Et, à l’âge où l’on est encor sur les bancs de l’école,
Il serrait fort son aviron des deux mains sur l’épaule. (bis)


Petit mousse qui godillais dans les senteurs marines,
Avec un cœur souvent inquiet au creux de la poitrine
Te souviens-tu de cette odeur de la lampe à carbure
Que l’on hissait, tôt le matin, en haut de la mâture ? (bis)


La lampe à carbure sur un étai.
La lampe à carbure sur un étai.

Te souviens-tu aussi, dis-moi, de l’odeur de la rogue ?
Tu en étais tout imprégné, c’était comme une drogue.
Je te revois quand tu riais en secouant les mailles
Des filets bleus qui se nimbaient d’un nuage d’écailles. (bis)



Préparation de la rogue.
Photo: Studio Pierre Le Grand.


Et ton sourire en disait long quand les lourdes charrettes
Dessus les quais étaient suivies par les cris des mouettes.
Je t’imagine alors portant les caisses de sardines
Et rougissant5 sous les propos des femmes de l’usine. (bis)


Le soir enfin, les matelots montaient la "Rue Obscure"
Allant de bistrot en bistrot, de biture en biture :
"- Allez Soizik, c’est ma tournée ! Encore une rasade !
Rien cependant pour le castor6, il fait la cotriade7 !" (bis)


Mais quand novembre s’échappait d’un nuage en quenouille,
Que le soleil apparaissait un gros clou qui se rouille,
Un vieux calvaire alors sortait ses deux bras de la brume,
On aurait dit un cormoran faisant sécher ses plumes. (bis)


Alors, alors un malamok fuyait dessous le phare,
Se débattant contre les flots, donnant des coups de barre,
Et bien campé sur son avant, s’enivrant de secousses,
Quelqu’un semblait dire : " Au revoir ! ", c’était le petit mousse. (bis)


Ce petit mousse c’était toi, ou c’était moi peut-être !
Je ne sais si je peux encore en lui me reconnaître ?
C’était ici, à Douarnenez, un peu après la guerre,
Lorsqu’au vent froid se dispersait la flotte sardinière. (bis)

                                                       Georges TANNEAU, Douarnenez,   juillet 1994.


1- Œufs de morue servant d’appât pour lever la sardine.
2- Types de bateaux de pêche. Voir sur ce site le texte de Georges  Tanneau "Les malamoks".
3-  Filets droits et maillants. Ces filets à sardines étaient teints en bleu au sulfate de fer.
4-  Nom d’une rue de Douarnenez qui donnait sur le port.
5- Voir sur ce site le récit de Georges Tanneau "Retour de pêche".
6-  Surnom que l’on donnait au plus jeune de l’équipage, mousse ou novice.
7-  Soupe de poisson préparée à bord par le mousse. Voir aussi, du même auteur, le document historique "La sardine".


Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler