Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.


Le Salon des 8 et 9 mai 2010.


En prélude au salon, l'auteur Pol Corvez, qui vient d'écrire pour les enfants "Rigoler comme une baleine", aux éditions Coop Breizh, a animé le vendredi 7 mai  2010 des séances de familiarisation avec les mots et les expressions de la mer dans les établissements scolaires du Conquet. Ne manquez pas de lire le reportage de cet instant magique pour les élèves.

Un petit éloge de la lecture :
A l'occasion de la cérémonie d'inauguration du salon, qui s'est déroulée en fin d'après-midi le samedi 8 mai, M. Marcel Quellec, adjoint au maire du Conquet, a prononcé en son nom un petit discours que nous ne résistons pas à vous faire partager, tant les valeurs qu'il exprime sont aussi les nôtres.

Notre invité d'honneur :  Georges FLEURY, un baroudeur littéraire.

    


    Cette année, le salon "La mer en livres" fait une place toute particulière à un écrivain normand de talent : Georges FLEURY a en effet publié plus de 50 ouvrages parmi lesquels une biographie de Nelson ainsi  que plusieurs livres destinés à sortir de l'oubli des héros français méconnus: le corsaire du 18ème siècle Pléville Le Pelley, le lieutenant de vaisseau Pierre Guillaume surnommé "le crabe tambour", l'aviateur Roland Garros ou encore, en janvier dernier, le "capitan" Hippolyte Bouchard, héros de l'indépendance  de l'Argentine au début du 19ème.
    Eclectique, cet écrivain, après une carrière de marin et de nombreux ouvrages consacrés à la Seconde guerre mondiale, la guerre d'Indochine ou celle d'Algérie, s'est plu aussi à produire des livres pratiques concernant les secrets et la cuisine de la pêche à pied. Il a obtenu de nombreux prix littéraires: Prix d'histoire, dont le prix Mal Foch de l'Académie française, le prix des Rapatriés, le prix des Libraires de Normandie, le prix Trente millions d'amis, le prix de la Libération et le prix Henri Quéffelec. Il a créé et dirigé pendant 23 ans le Salon du Livre de Granville qui, en 2009, avec ses 80 écrivains, a fait venir plus de 8000 visiteurs. Comme nous, il privilégie les rapports étroits entre le public et les auteurs, une ambiance conviviale et la gratuité de l'accès aux salons.









Le dernier ouvrage de Georges Fleury
paru en janvier 2010 sort de l'oubli un héros français méconnu.


La grande marée des auteurs venant dédicacer leurs ouvrages.



L'affiche de notre salon 2010 est une œuvre
 de l'artiste conquétois Philippe Kerarvran.
Beaucoup de livres pour la jeunesse:  Pour les plus petits, les albums de Pierre Petton de la série des Joguenick, illustrés par Valérie Daubé.  Ceux de la série des "Joshua", illustrés par Virginie Grosos.  Celui de Laurence Clauss-Bridel "T'as été où, papy Pêchou ?"qui fait faire aux petits un tour du monde de découvertes. Les albums de Marjolaine Péreira dans la série "Les Bonbecs dans l'histoire", illustré par Christine Corniolo-Baillot. Ceux de François Plisson, dans la série des "Korrigans d'Elidwenn". Le livre de Catherine Ecole-Boivin illustré par Pascal Bresson "Le tracteur de Paul". Enfin le splendide album sur l'expédition de Lapérouse, de Sophie Humann, illustré par Emmanuel Cerisier.

Des romans:   Avec "Ile raconte", les petits récits romancés de Corynn Thymeur, écrits à partir d'histoires recueillies dans les îles.  et celui de Loïc Quintin, "Le crave danse sur Ouessant",  qui imagine les habitants de l'île confrontés à de nouveaux tourments.

Des polars:  Le roman original de Gérard Chevalier, "Ici finit la terre", mettant en scène des habitants de l'île de Batz qui se déchirent et l'enquête brestoise "Docks" écrite par Yvon Coquil sur les quais du port de co' . La nouvelle bd. de Briac "Les gens du Lao Tseu" dont l'histoire se déroule dans le quartier brestois de Recouvrance.

Des pages du grand large: Les deux premiers romans maritimes de Georges Tanneau présentés sous coffret (1), la relation de voyage de Joëlle Chamalet qui fut "L'équipière" sur plusieurs voiliers, le récit d'André Gentil : "Par les trois caps, t'es pas cap !" sur son tour du monde à la voile en solitaire, et l'inoubliable circum-navigation d'Yvonne et René Le Ru  sur leur voilier de plaisance
dans "Un tour du monde à la voile comme on en rêve, avec Amzer Zo".

Des regards sur l'histoire: Le tout dernier ouvrage de notre invité d'honneur, Georges Fleury qui vient de publier "El capitan Bouchard" afin de sortir de l'oubli un héros français de l'indépendance argentine. L'histoire des mousses que retrace Michel Giard. Les recherches d'Albert Laot sur la génèse du monument ainsi que du cénotaphe national
de la pointe St-Mathieu dédiés à tous les marins péris en mer. Les souvenirs conquétois de l'après-guerre de Josette Frédéric Tournerie et les recherches historiques de Claude-Youenn Roussel et Michel Cloâtre concernant les épaves de 2 navires du 18ème portant le même nom "Atlas" et qui, coïncidence troublante, ont fait tous deux naufrage au large d'Ouessant à plusieurs années d'intervalle.

Une mise en valeur du patrimoine : Le très beau livre de François de Beaulieu et d'Hervé Ronné "Quatre saisons en Bretagne" qui traduit la diversité et l'âme de toute une province. Celui de Michel Glémarec qui revisite "La biodiversité littorale" au travers des peintures de Mathurin Méheut et les grandes planches de Philippe Kerarvran, auteur de notre affiche, sur
"Le Conquet, l'âme des pierres et de l'eau" dont René Le Bihan a écrit les textes. Sans oublier, avec "Besoin d'îles" , le regard du géographe Louis Brigand sur les îliens du monde entier, les recherches étymologiques de Pol Corvez qui ont abouti à deux dictionnaires différents des mots et des expressions d'origine maritime, celles plus littéraires de Nathalie Couilloud qui a rassemblé des textes d'auteurs célèbres sur le Finistère. Enfin le parcours semé d'embûches d'Hervé Grall qui raconte comment est née l'idée de construire la goélette "La Recouvrance" puis sa rélisation jusqu'à son lancement et ses premieres navigations.

La poésie d'aujourd'hui: Avec de nouveaux poèmes gorgés d'air marin de Jean-Pierre Boulic.

Un guide pratique:  Un grand livre sur les coquillages de nos côtes, écrit par une équipe de naturalistes bretons passionnés: "Coquillages du Pays Pagan et du Léon".

(1)- Ne manquez surtout pas cette video de Georges Tanneau enregistrée au Guilvinec le 6 mai 2010 :

Georges Tanneau au Pays Bigouden



Un atelier de calligraphie avec Benoît FURET.




Brestois, Benoît Furet est né en 1973. Il s'est toujours intéressé au Moyen-âge, mais c'est surtout au travers de la calligraphie qu'il est passé d'un savoir livresque à une connaissance pratique et approfondie de cette période.
Depuis, de l'Antiquité à la Renaissance, il n'ignore plus rien de l'onciale, la rustica, la carolingienne, les écritures gothiques, l'humanistique ou la chancelière. Et parmi les écritures modernes, la Neuland, la foundationnal ou la blackletter n'ont pour lui pas de secrets. Il lui a fallu aussi acquérir la maîtrise des ornementations qui ont toujours été associées à ces écritures, comme les entrelacs ou les filigranes.

Après avoir donné des cours pendant 3 ans à Saint-Renan, Benoît Furet intervient actuellement dans les établissements scolaires ou les associations qui lui en font la demande.





"Benoît Furet est un joaillier du papier, esthète de la lettre, calligraphe amateur, qui n’a d’amateur que le sens premier du mot : amoureux de la belle typo. A l’encre de Chine, au brou de noix ou à la peinture blanche (sur papier foncé), Benoît Furet compose entre lettrines et sublimes décors, dont les filigranes – son décor de prédilection –, d’une finesse éblouissante. Les écritures reflètent des influences variées : de l’antiquité romaine jusqu’à la Renaissance, sans négliger de plus récentes telles que l’Art Nouveau. Quant aux textes choisis, prétextes à ces merveilles, Benoît Furet aime, là encore, puiser dans des registres variés, au gré de ses lectures éclectiques : de Virgile à Julien Gracq, en passant par les poètes romantiques… Une précision : chaque calligraphie est une pièce unique."

Annaïg Huelvan, Le Télégramme.

"J'aime beaucoup lire et je trouve la plupart des textes que je calligraphie dans les livres de ma bibliothèque. J'accorde une grande importance au texte et j'essaie dans le mesure du possible de calligraphier les textes dans leur version originale, ne me reportant à la traduction que lorsque la langue d'origine n'utilise pas les caractères latins.
La plupart de mes compositions sont modernes même si elles sont produites en utilisant des techniques existant depuis des siècles mais je pratique aussi la copie d'ancien ou la composition telle que pratiquée au Moyen-age.
Lorsque je travaille sur une œuvre, je cherche à obtenir une harmonie entre le texte et la composition. Le choix des écritures et de la mise en page dérivent souvent directement du ressenti que j'ai à la lecture du texte. Dès lors que la composition reflète l'esprit du texte, la lisibilité n'est plus un critère impératif : l'émotion esthétique suscitée par la composition supplée celle engendrée par la lecture du texte. Ainsi j'aime pratiquer un certain hermétisme par l'emploi d'écritures anciennes et difficilement déchiffrables ou par des jeux de couleurs ou de superposition.
Les outils et matériaux que j'utilise sont aussi bien ceux éprouvés par l'histoire et qu'utilisaient déjà les scribes médiévaux que ceux que la technologie actuelle nous fournit mais sont dans tous les cas faits pour durer sans s'altérer outre mesure."



en savoir plus










Des expositions .

      * Marins pêcheurs, des héros de la mer :  
                 
A partir d'une série de superbes photos réalisées par Jean-Pierre DUVAL à bord de plusieurs bateaux de pêche et à terre dans les criées, cette exposition réalisée en collaboration avec le Comité National des Pêches traduit par des images fortes le dur labeur des marins pêcheurs. Une quarantaine d'agrandissements en couleurs présentés sous forme de tableaux, pour découvrir les moments forts de l'un des plus rudes métiers des hommes.



   * Mémoire de la Libération : Une remarquable exposition d'une journée réalisée par l'association "Brest-44".
Le samedi 8 mai, à l'occasion de l'anniversaire de la Libération, une exposition sur le thème de la Libération de la Bretagne a réuni du matériel militaire de l'époque. Des véhicules rares dans la cour d'honneur de la mairie, bien sûr, mais aussi, sous vitrines,  des objets amoureusement réunis par les collectionneurs de l'association : armes, uniformes, matériel médical. Et aussi des maquettes comme celle de la batterie allemande de Kéringar. Durant une journée seulement, car tout fut démonté le soir même, les visiteurs ont eu l'occasion de découvrir ou de se replonger dans une période cruciale de l'histoire bretonne.
Une exposition exceptionnelle au Conquet !




Une 402 et une jeep d'époque.

La batterie allemande de Kéringar.



Autour de notre invité d'honneur, Georges Fleury,
deux animateurs de l'association "Brest-44"



* "Pêcheurs du Conquet" : Nos anciens de la résidence du Streat Hir ont préparé leur exposition annuelle sous la direction de l'artiste peintre Anne Cadiou qui a ajouté  à leurs œuvres quelques-unes de ses propres toiles.



L'atelier "Pêcheurs" à la Résidence du Streat Hir.

De curieux pêcheurs....


...qui sont des flacons de lessive recyclés en objets d'art.

"Amarrage". Croquis d'Anne Cadiou.


"Retour au port". Huile sur toile d'Anne Cadiou.
 
* Dans les établissements scolaires:
   Les établissements scolaires ne sont jamais en reste. Les écoles primaires Jean-Monnet et Saint-Joseph ont préparé des expositions de leurs travaux.






Le livre de Sophie Humann et Emmanuel Cerisier a été le point de départ d'une patiente recherche sur les voyages de Bougainville et de Lapérouse.




Deux classes de 5ème du collège Dom Michel ont suivi quotidiennement le dernier voyage du porte hélicoptères Jeanne d'Arc grâce à la présence sur le navire du lieutenant de vaisseau Servotte Amouroux avec qui ils ont pu échanger des courriels. L'ultime périple de la "Vieille Dame" correspondant à leur programme, c'est une double découverte à la fois géographique et humaine qu'ils ont ainsi réalisée et qu'ils ont présentée aux visiteurs. Vers 16h, le samedi 8 mai, ils ont engagé en compagnie du public une liaison téléphonique en direct avec le navire.



Le public se pressait dans le hall de la mairie pour écouter la conversation téléphonique amplifiée avec le lieutenant de vaisseau Servotte Amouroux à bord de la Jeanne.







Tout au long du périple de la Jeanne, les élèves ont échangé mails et cartes postales avec le porte hélicoptères.


 *  Une bourse aux livres :

   Le dimanche 9 mai, sous le barnum abritant la veille l'exposition sur la Libération, une bourse aux livres a été organisée par les établissements scolaires du Conquet. Une occasion - c'est bien le terme - pour chacun de donner un petit coup de jeune à sa propre bibliothèque.




Une série de conférences.


Notre invité d'honneur, Georges FLEURY,
dont le père travaillait à Londres avec le général De Gaulle,
a prononcé en cette journée d'anniversaire de la Libération
une conférence sur " De Gaulle, de l'enfance à l'appel du 18 juin".


"Contrebande et surveillance maritime en Bretagne",
par Albert LAOT, ancien Directeur Interrégional des Douanes.


"Les Mousses, de Colbert à nos jours",
par Michel GIARD, écrivain de la mer.




   "La biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut",
par Michel GLEMAREC, professeur honoraire à l'Université de Bretagne Occidentale.


"La Bretagne aux quatre saisons",
par François de BEAULIEU et Hervé de RONNE.


"L'amer en vue" : une animation dans les rues du Conquet.

Le salon du Conquet est toujours un moment festif. L'après-midi du samedi 8 mai le groupe "Fanfarnaüm", fanfare épicurienne de Brest-Même, s'est produit dans les rues du Conquet et a entraîné la foule jusqu'au salon.
Musique atypique ? Fausses notes ? Fanfare déjantée ? Tout cela à la fois, certes, pour le plus grand bonheur des badauds qui se rendent compte aussi qu'il faut avoir beaucoup de talent pour jouer la dérision et dérider le public.



Le talent est aussi dans les costumes... de la tête aux pieds !



photo Bernard Hily

Au Conquet la musique rejoint parfois l'étymologie :
Que fait un boucanier sinon du boucan ?.



En savoir plus sur le groupe FANFARNAÜM



REVUE DE PRESSE















N° 87 Avril - Mai 2010
                     

















                                                                                           

Le nombre de visiteurs ( 1800 dans le deuxième article, 1500 dans le premier ) diffère selon la prise en compte ou non des scolaires. NDLR.




Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler