Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.






GRANDS  MARINS
DU
MONDE

*
Les noms en grisé
ne sont pas encore disponibles.

*


Les Phéniciens de Néchao II
( vers  -600 )




Le périple d'Hannon
( vers  -460 )



Néarque
 vers  -360  à  vers  -300 



Pythéas
( vers  -300 )



Zheng He
( 1371 - 1435 )



 Barthélémy Diaz
( 1450 - 1500 )



Christophe Colomb
( 1451 - 1506 )



Afonso de Albuquerque
( 1453 - 1515 )



Amerigo Vespucci
( 1454 - 1512 )



Barberousse
( 1466 - 1546 )



Vasco de Gama
( 1469 - 1524 )



Gonneville
( vers 1470 - ? )



Primauguet
( vers 1475 - 1512 )



Fernand de Magellan
( 1480 - 1521 )



Jacques Cartier
( 1491 - 1557 )



Jean Parmentier
( 1494 - 1529 )



Francis Drake
( 1545 - 1596 )



Willem Barents
( 1550 - 1597 )



Abraham Duquesne
( 1610 - 1688 )



Anne-Hilarion de Tourville
( 1642 - 1701 )



Jean Bart
( 1650 - 1702 )



René Duguay-Trouin
( 1673 - 1736 )



Jacques Cassard
( 1679 - 1740 )



Vitus Béring
( 1681 - 1741 )



James Cook
( 1728 - 1779 )



Marion-Dufresne
( 1729 - 1772 )



Suffren
( 1729 - 1788 )



Bougainville
( 1729 - 1811 )



Charles Cornic
( 1731 - 1809 )



Yves de Kerguélen
( 1734 - 1797 )



Antoine d'Entrecasteaux
( 1737 - 1793 )



Jean-François de La Pérouse
( 1741 - 1788 )



Nelson
( 1758 - 1805 )



Pierre Roch Jurien de la Gravière
( 1772 - 1849 )



Robert Surcouf
( 1773 - 1827 )



John Franklin
( 1786 - 1847 )



Dumont d'Urville
( 1790 - 1842 )



Emile de Bray
( 1829 - 1879 )



Joshua Slocum
( 1844 - 1909 )



Emile Guépratte
( 1856 - 1939 )



Jean-Baptiste Charcot
( 1867 - 1936 )



Alain Gerbault
( 1893 - 1941 )



Marcel Bardiaux
( 1910 - 2000 )



Thor Heyerdahl
( 1914 - 2002 )



Jacques - Yves Le Toumelin
( 1920 - 2009 )



Annie Van de Wiele
( 1922 - 2009 )





Eric Tabarly
( 1931 - 1998 )





Joshua Slocum
1844 - 1909

par René LE RU



Portrait de Josua Slocum

  Depuis un siècle, Slocum est devenu un modèle pour nombre d'amateurs de voile, l'initiateur universellement reconnu comme étant le premier circumnavigateur solitaire.
Sur le Spray, un sloop de 11,20m, il a effectué seul le premier tour du monde à la voile, parcourant en trois ans - d'avril 1895 à juin 1898 - 46000 milles nautiques.

  Canadien, né
en Nouvelle-Ecosse à l'embouchure du Saint-Laurent, il commence sa carrière de marin comme mousse à douze ans. Orphelin à seize ans, il émigre en Angleterre et embarque à Londres comme simple matelot dans la Marine marchande anglaise. Très vite, d'abord sur les lignes d'Extrême-Orient, il gravit tous les échelons et à vingt-cinq ans est nommé capitaine. Il dessert alors la ligne vers San Francisco par le cap Horn. Il se fait naturaliser américain et navigue ensuite essentiellement dans le Pacifique.

   En 1870, à Sydney, il rencontre puis épouse Virginia Walker qui va naviguer avec lui et ils auront sept enfants.

  En 1875, il devient capitaine-armateur, propriétaire du Washington. Ayant fait naufrage au Brésil, il récupère le bois de l'épave pour construire une embarcation de 35 pieds, le Liberdade, avec laquelle il regagne New-York en compagnie de sa petite famille.
  
L'arrivée de la vapeur signant alors la fin de la marine marchande à voile, ruiné et sans bateau, il se retrouve sans emploi.

  Pour le sortir de l'ornière, un ami lui fait cadeau de la quasi-épave d'un vieux bateau de pêche. Récupérant la quille et le maximum de bois de cet ancien huîtrier, il reconstruit la coque presque à l'identique et baptise Spray sa nouvelle embarcation. Après une saison de pêche décevante, il renonce à ce métier et décide d'accomplir ce que personne n'avait encore envisagé ou osé avant lui: un tour du monde en solitaire, qu'il racontera plus tard dans un récit publié en 1899.

  Il quitte donc Boston le 24 avril 1895 avec l'intention de naviguer vers l'Asie par le canal de Suez. Il atteint Gibraltar en traversant l'Atlantique par les Açores. En Méditerranée, il est attaqué par une felouque de pirates barbaresques et ne doit son salut qu'à un fort coup de vent qui contraint ses assaillants à l'abandonner. Echaudé par cette aventure, il renonce à la route ouest vers l'Extrême-Orient et revient à Gibraltar.

Le bateau de Josua Slocum
Le Spray de Joshua Slocum

   Il inverse alors complètement ses plans et décide de faire route vers le sud afin de gagner le Pacifique par le détroit de Magellan. Après les îles du Cap Vert, il rejoint le Brésil puis l'Argentine et fait escale successivement à Rio de Janeiro et Buenos Aires avant d'embouquer au sud le détroit de Magellan.

  Là, il va devoir faire face à de nouvelles difficultés. La navigation y est lente et difficile, mais surtout il craint les attaques nocturnes des Indiens Fuegiens. Un stratagème va le sauver : tous les soirs il sème sur le pont du Spray des clous de tapissier qu'il doit soigneusement balayer le matin pour ne pas se blesser lui-même. Il se fait attaquer à plusieurs reprises et à chaque fois il est réveillé par les cris de douleur des assaillants qui replongent dans l'eau.

L'itinéraire de Josua Slocum

  Sa traversée du Pacifique va être sans histoire. Il fait escale à Juan Fernandez, l'île de Robinson Crusoë, puis aux Samoa afin de rencontrer Robert Louis Stevenson, l'auteur de "L'île au trésor". Mais celui-ci vient de mourir et sa veuve offre au navigateur les guides de voyage de son défunt mari. Poursuivant sa navigation vers l'ouest, Slocum visite pendant six mois l'Australie, de Sydney à Melbourne. Puis, après la Tasmanie, il entreprend la traversée de l'océan Indien par l'archipel des Cocos et l'île Maurice.

   Reçu en héros en Afrique du Sud, il est présenté au président Kruger.

   Au printemps 1898, Slocum entreprend son retour vers l'Amérique. Dans l'Atlantique sud, il fait escale à Sainte-Hélène et à l'île de l'Ascension, puis, après l'équateur, il rejoint les Caraïbes par Grenade, la Dominique et Antigua. Il arrive à New-York le 27 juin 1898 après un périple de 46000 milles nautiques.

  L'année suivante, Slocum publie son récit "Sailing alone around the world". Très modeste sur son exploit, il écrit en conclusion :

"Si le Spray n'a rien découvert,...c'est sans doute parce qu'il n'y a plus rien à découvrir maintenant. D'ailleurs il ne cherchait aucun nouveau continent."

  A son retour aux Etats-Unis, le navigateur achète une ferme. Mais à soixante-cinq ans l'air du large lui manque et il entreprend une croisière vers les fleuves Orénoque et Amazone en Amérique du sud.

  Il n'y arrivera pas, il disparaît corps et bien dans le triangle des Bermudes.

  Une belle mort pour ce grand marin qui, depuis, fait rêver bien des navigateurs.

René LE RU 

EN SAVOIR PLUS

Et d'abord, cet ouvrage dans lequel Slocum retrace sa traversée peu commune à bord de l'embarcation qu'il s'était construite à la suite du naufrage de son trois-mâts barque Aquidneck sur les côtes du Brésil. L'exploit qu'il a réalisé plus tard à bord du Spray a largement éclipsé cette extraordinaire aventure qu'il raconte ici dans son style habituel, dépouillé, sans aucune emphase. Et pourtant, ce ne fut pas là le moindre de ses exploits.

Le récit de Josua Slocum
Ed. Ouest-France 2002



Seul autour du monde 1980
Ed. Chiron 1980
Seul autour du monde 2010
Ed. La Découvrance 1996/2010
Seul autour du monde 1996
Ed. Chiron 1996



Josua Slocum 2001
Ed. Actes Sud 2001



Josua Slocum 1997
Ed. Glénat 1997

En anglais :

Ocean Adventure
Ed. Oxford Univercity Press 2003


Pour le centenaire de l'exploit de Joshua Slocum, le navigateur Guy Bernardin a voulu reproduire son périple dans des conditions similaires. Son voilier, le Spray of Saint-Briac était une réplique exacte du Spray de Slocum. Guy Bernardin a publié le passionnant récit  de son aventure.




Une réplique du navire de Josua Slocum


Sur les traces de Josua Slocum
Ed. Loisirs Nautiques 2001



Tant qu'il y aura la mer
Ed. La Découvrance 2010

Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler