Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.






GRANDS  MARINS
DU
MONDE

*
Les noms en grisé
ne sont pas encore disponibles.

*


Les Phéniciens de Néchao II
( vers  -600 )


Le périple d'Hannon
( vers  -460 )


Néarque
( vers  -360  à  vers  -300 )


Pythéas
( vers  -300 )


Zheng He
( 1371 - 1435 )


Barthélémy Diaz
( 1450 - 1500 )


Christophe Colomb
( 1451 - 1506 )


Afonso de Albuquerque
( 1453 - 1515 )


Amerigo Vespucci
( 1454 - 1512 )


Barberousse
( 1466 - 1546 )


Vasco de Gama
( 1469 - 1524 )


Gonneville
( vers 1470 - ? )


Primauguet
( vers 1475 - 1512 )


Fernand de Magellan
( 1480 - 1521 )


Jacques Cartier
( 1491 - 1557 )


Jean Parmentier
( 1494 - 1529 )


Francis Drake
( 1545 - 1596 )


Willem Barents
( 1550 - 1597 )


Abraham Duquesne
( 1610 - 1688 )


Anne-Hilarion de Tourville
( 1642 - 1701 )


Jean Bart
( 1650 - 1702 )


René Duguay-Trouin
( 1673 - 1736 )


Jacques Cassard
( 1679 - 1740 )


Vitus Béring
( 1681 - 1741 )


James Cook
( 1728 - 1779 )


Marion-Dufresne
( 1729 - 1772 )


Suffren
( 1729 - 1788 )


Bougainville
( 1729 - 1811 )


Charles Cornic
( 1731 - 1809 )


Yves de Kerguélen
( 1734 - 1797 )


Antoine d'Entrecasteaux
( 1737 - 1793 )


Jean-François de La Pérouse
( 1741 - 1788 )


Nelson
( 1758 - 1805 )


Surcouf
( 1773 - 1827 )


Pierre Roch Jurien de la Gravière
( 1772 - 1849 )


John Franklin
( 1786 - 1847 )


Dumont d'Urville
( 1790 - 1842 )


Emile de Bray
( 1829 - 1879 )


Joshua Slocum
( 1844 - 1909 )


Emile Guépratte
( 1856 - 1939 )


Jean-Baptiste Charcot
( 1867 - 1936 )


Alain Gerbault
( 1893 - 1941 )


Marcel Bardiaux
( 1910 - 2000 )


Thor Heyerdahl
( 1914 - 2002 )


Jacques - Yves Le Toumelin
( 1920 - 2009 )


Annie Van de Wiele
( 1922 - 2009 )



Eric Tabarly
( 1931 - 1998 )






Robert Surcouf
1773 - 1827


par Christine LABAT KERMORGANT


statue de Surcouf à St-Malo
Statue de Robert Surcouf à Saint-Malo


Mousse à 13 ans, capitaine à 22 ans, Robert Surcouf s'est créé sa légende dans l'océan Indien en combattant les navires anglais. Il fut le dernier de nos corsaires et un grand armateur malouin.

  

  Il est né le 12 décembre 1773 dans une famille du Cotentin établie à Saint-Malo vers 1645.
Son arrière-grand-père commanda en course, son grand-père, propriétaire de huit navires, était le plus important armateur malouin vers 1750.
  Fils de Charles-Ange Surcouf, Sieur de Boigris, et de Rose Julienne Truchot de la Chesnais, il est également un descendant de Duguay-Trouin.
  Ses parents commerçants le destinaient à la prêtrise. Après des études agitées et écourtées, Robert Surcouf embarque en 1787, à 13 ans, sur le caboteur Le Héron.
  De 1789 à 1792, il naviguera sur L'Aurore puis sur le courrier d'Afrique : il participe à la traite négrière entre le Mozambique et l'Ile de France ( actuellement île Maurice ).
  Nommé capitaine à 20 ans, il commandera successivement les navires corsaires La Clarisse, La Confiance et Le Revenant. Surcouf va tenir la mer, courant après les bâtiments qu'il apercevra, en corsaire non autorisé car il est parti de l'Ile de France sans ses lettres patentes, lettres de marque qui donnaient au vol sur mer une légalité officielle.
  En 1794, il est enseigne de vaisseau faisant fonction de second sur la frégate La Cybèle dans l'océan Indien à la traite illégale sans lettre de marque. Il effectue sa première campagne de course sur L'Emilie puis sur Le Cartier.
  Embarqué sur des bateaux négriers et de ravitaillement, il accomplit son premier exploit. Jeune capitaine, il prend à l'abordage un important navire marchand armé, à la tête de ses 18 hommes contre 150 marins anglais et il capture Le Triton le 29 janvier 1796. Il doit son succès à son stratagème, faisant cacher tout son équipage pour se faire passer pour un des pilotes du Gange. Ses prises ayant été confisquées par les autorités, il obtient réparation du Directoire. C'est le début de sa notoriété.
  Sa réputation est faite, elle grandira encore, cinq ans plus tard, le 7 octobre 1800, avec la prise du HMS Kent, vaisseau britannique quatre fois plus fort que sa goélette La Confiance. Il avait 185 hommes à bord contre 437 sur le HMS Kent.

Surcouf aborde le Kent

Abordage du HMS Kent par La Confiance. Huile sur toile de Ambroise-Louis Garneray qui était marin à bord du navire de Surcouf.


   Le 18 Mai 1801 il se marie avec Marie Blaize de Maisonneuve, fille d'un grand armateur de Saint-Malo.

 Napoléon lui avait offert d'entrer dans la marine de l'État avec le grade de capitaine de vaisseau et lui avait proposé le commandement de deux frégates de guerre destinées à croiser dans les mers de l'Inde. Mais Robert Surcouf voulait être indépendant et ne relever d'aucun amiral. Il refusa donc et arma plusieurs corsaires à ses frais.
  En 1807 il commande le trois-mâts Le Revenant et après une campagne, il rentre deux ans plus tard sur Le Charles avec une très riche cargaison de produits coloniaux. En cinq années d'activités corsaires, il avait capturé plus de 40 navires ennemis.
   Il fait fructifier ses parts de prises, elles sont converties en marchandises exotiques dont la revente en Europe assure le début de sa fortune.

Surcouf armateur
Robert Surcouf, armateur.

   1808, c'est la fin de la guerre de course en océan Indien, Surcouf a 35 ans, l'aventure lointaine est terminée, il va vivre désormais sa vie d'armateur et de père de famille. La vie sur mer devient en effet plus difficile: les Anglais sont plus vigilants et les bénéfices diminuent.
   En 1812 Surcouf arme Le Renard, cotre léger et manœuvrant de 70 tonneaux portant 10 caronades, 4 canons et 46 hommes d'équipage. Il met en application les derniers perfectionnements maritimes pour faire de son bateau un navire puissant et rapide. Il en confie le commandement à Emmanuel Yves Le Roux Desrochettes.
   Le 8 septembre 1813, Le Renard est pris en chasse près des côtes anglaises par la goélette de guerre Alphea, 16 canons et autant de pierriers, armée par 80 hommes. Le combat s'engage dans la nuit, un combat meurtrier qui demeure incertain durant plusieurs heures, jusqu'au moment où une salve tirée par le cotre malouin atteint la réserve de poudre de la goélette anglaise qui explose et coule. Le Renard, durement éprouvé et mené par les 13 hommes restant valides, rallie Saint-Malo. C'est ainsi au Renard que revint la victoire du dernier combat français corsaire. Quatre mois plus tard la France abolissait la course.

Réplique moderne du bateau de Surcouf
Réplique moderne du Renard aux fêtes maritimes de Brest

   De 1815 à 1827, Robert Surcouf accroît sa fortune dans deux directions: il arme au commerce et à la pêche et il multiplie les acquisitions immobilières. A sa mort il possédait plus de 800 hectares de terres ainsi que des bâtiments répartis sur trois départements.
   Après son décès le 8 juillet 1827, à l'âge de 53 ans, son héritage évalué à 2 millions de francs est partagé entre sa veuve et leurs cinq enfants survivants.

Christine LABAT KERMORGANT

Timbre Surcouf de 1961
Emission de 1951



EN SAVOIR PLUS

   Nombreux sont les ouvrages relatant la vie du célèbre corsaire malouin . Parmi tous les descendants de sa famille, un seul, Erick Surcouf, son arrière-arrière-arrière petit neveu, exerce une activité maritime : sa profession est chercheur de trésors engloutis ! Ce nouvel aventurier des mers a aussi collaboré à plusieurs ouvrages sur son ancêtre, que l'on découvrira ci-dessous.


Charles Cunat :
Histoire de Robert Surcouf
Ed. Payot 1925

Un capitaine corsaire, Robert Surcouf
Ed. Plon 1935


Visages de corsaires
Ed. Albin Michel 1943/1996
Robert Surcouf, le corsaire invincible
Ed. Fernand Lahore 1979 / 2002

Surcouf, de Michel Hérubel
Ed. Perrin 2005


Surcouf, capitaine de corsaire
Ed. La Découvrance 2006




Robert Surcouf et ses frères
Ed. Cristel 2007




Surcouf dans l'océan Indien
Ed. Cristel 2007


Surcouf l'invincible
Ed. du Rocher 2009
( L'auteur est un descendant du corsaire )



Deux corsaires: Jean Bart, Surcouf
Ed. Gerfaut 2001



Surcouf, roi des corsaires
Ed. Fayard 2001



Le trésor de Surcouf
Ed. Glénat 2003 ( aventures )
Préface d'Erick Surcouf 



La saga des Surcouf
Ed. Cristel 2006



BD Surcouf roi des corsaires
Ed Dupuis B.D.


BD Surcouf
Ed. Dupuis 1991 B.D.
BD Surcouf, la naissance d'une légende
B.D. Tome 1: "La Naissance d'une Légende"
Ed. 12bis 2012 (voir notre Coup de cœur).
Avec la collaboration d'Erick Surcouf
BD Surcouf, le tigre des mers
B.D. Tome 2: "Le Tigre des Mers"
Ed. 12bis 2013
Avec la collaboration d'Erick Surcouf



Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler