Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.






GRANDS  MARINS
DU
MONDE

*
Les noms en grisé
ne sont pas encore disponibles.

*


Les Phéniciens de Néchao II
( vers  -600 )




Le périple d'Hannon
( vers  -460 )



Néarque
 vers  -360  à  vers  -300 



Pythéas
( vers  -300 )



Zheng He
( 1371 - 1435 )



 Barthélémy Diaz
( 1450 - 1500 )



 Christophe Colomb
( 1451 - 1506 )



Afonso de Albuquerque
( 1453 - 1515 )



Vasco de Gama
( 1469 - 1524 )



Gonneville
( vers 1470 - ? )



Primauguet
( vers 1475 - 1512 )



Fernand de Magellan
( 1480 - 1521 )



Jacques Cartier
( 1491 - 1557 )



Jean Parmentier
( 1494 - 1529 )



Francis Drake
( 1545 - 1596 )



Willem Barents
( 1550 - 1597 )



Abraham Duquesne
( 1610 - 1688 )



Anne-Hilarion de Tourville
( 1642 - 1701 )



Jean Bart
( 1650 - 1702 )



René Duguay-Trouin
( 1673 - 1736 )



Jacques Cassard
( 1679 - 1740 )



Vitus Béring
( 1681 - 1741 )



James Cook
( 1728 - 1779 )



Marion-Dufresne
( 1729 - 1772 )



Suffren
( 1729 - 1788 )



Bougainville
( 1729 - 1811 )



Charles Cornic
( 1731 - 1809 )



Yves de Kerguélen
( 1734 - 1797 )



Antoine d'Entrecasteaux
( 1737 - 1793 )



Jean-François de La Pérouse
( 1741 - 1788 )



Horatio Nelson
( 1758 - 1805 )



Pierre Roch Jurien de la Gravière
( 1772 - 1849 )



Robert Surcouf
( 1773 - 1827 )



John Franklin
( 1786 - 1847 )



Dumont d'Urville
( 1790 - 1842 )



Emile de Bray
( 1829 - 1879 )



Joshua Slocum
( 1844 - 1909 )



Emile Guépratte
( 1856 - 1939 )



Jean-Baptiste Charcot
( 1867 - 1936 )



Alain Gerbault
( 1893 - 1941 )



Marcel Bardiaux
( 1910 - 2000 )



Thor Heyerdahl
( 1914 - 2002 )



Jacques - Yves Le Toumelin
( 1920 - 2009 )



Annie Van de Wiele
( 1922 - 2009 )




Eric Tabarly
( 1931 - 1998 )





Anne-Hilarion de Cotentin,
comte de TOURVILLE

1642 - 1701


par Roger Coguiec


Portrait de Tourville

    Né à Paris le 24 novembre 1642, d'un père Premier Gentilhomme de la Chambre de Louis XIII et Premier Chambellan du prince de Condé, chevalier de l’Ordre de Malte à l’âge de quatre ans , Tourville apprend son métier de marin à bord des navires de l’Ordre, et participe en 1661 aux campagnes contre les Barbaresques. En 1662, il prit, au cours d’un vif combat, quatre navires turcs et en coula un cinquième. Le 4 décembre 1666, il reçoit sa commission de capitaine de vaisseau dans la Marine royale et le commandement du « Courtisan ». Au début de 1669, Tourville commande «Le Croissant » (escadre de Beaufort) et secourt les Vénitiens assiégés par les Turcs dans l'île de Candie ( la Crète ).
   Le Roi confirme sa charge de capitaine de vaisseau en novembre 1669, il commande alors « L’Hercule » puis « le Duc » en 1671 à bord duquel il effectue un audacieux coup de main contre des navires tunisiens dans le port de Sousse.
On le retrouve en Atlantique commandant de  l’ « Excellent » à Rochefort (1672) puis le  « Sage » dans l’escadre d’Estrées. Il participe à la bataille de Solebay et se distingue par son habileté manœuvrière. Commandant le « Sans Pareil » en 1673, il joue un rôle prépondérant lors des combats de Schoneveldt et du Texel (7 et 14 juin, 21 août) lors de la guerre de Hollande.
   De retour en Méditerranée en 1675, il commande la « Sirène » puis l’ « Excellent » et mène campagne en Adriatique, détruisant des navires espagnols puis sur les côtes siciliennes où il participe à la prise d’Augusta (17 août) et à la destruction de quatorze bâtiments à Messine.
   Ces brillants succès entraînent sa nomination au rang de chef d’escadre.
   Il rejoint à bord du « Spectre » l’escadre de Duquesne et s’illustre aux batailles de Stromboli (8 janvier 1676), d’Agosta (22 avril) et de Palerme (2 juin) qui anéantirent les escadres bataves et espagnoles.
   En 1679, il commande une division navale et le « Sans Pareil » qu’il doit ramener de Toulon à Brest mais il fait naufrage devant Belle-Ile lors d’une tempête.
   S’intéressant de près à la construction navale et à la formation des jeunes officiers, il devient le conseiller très écouté de Colbert et de Seignelay.
   Lieutenant général des armées navales en 1682, il prend part aux bombardements d’Alger sur le « Vigilant » puis sur le « Ferme », rejoint Duquesne1 et participe aux actions contre le port de Gênes (1684).
   Le 2 juin 1688, il croise une escadre espagnole et lui livre un violent combat, cette dernière ayant refusé de saluer notre pavillon. En mai 1689, il reçoit l’ordre de rallier Brest à la tête de vingt vaisseaux, il y parvient en forçant habilement le blocus anglais de l’Iroise et prend le commandement d’une force de 70 navires et du « Conquérant ». Promu vice-amiral du Levant le 1er novembre, il met sa marque sur le « Soleil Royal » magnifique bâtiment de premier rang qui devient indissociable de Tourville. Il sort de Brest le 23 juin 1690. Le 10 juillet il remporte une victoire devant le cap Béveziers ( Beachy Head, sur la côte anglaise), victoire complète sur la flotte combinée anglo-hollandaise, mais il n’exploite pas complètement ce succès malgré une descente sur Teignmouth où il détruit douze bâtiments ennemis.

La bataille de Béveziers
AquarellEN SAVOIR PLUSe d'André Lambert, extraite de  "Pages d'histoire navale" , par Michel Perchoc et Jean-Virgile Fuchs. Ed. du Gerfaut 2004.

   En 1691, c’est la campagne dite du large qu’il conduit avec maîtrise et beaucoup d’habileté tactique, tenant la mer durant 50 jours et déjouant les escadres anglaises, protégeant ainsi nos côtes.
   1692 : Louis XIV soutient la cause du roi Jacques II et veut tenter un débarquement en Angleterre. Il charge Tourville de protéger l’opération. La campagne, basée sur une mauvaise organisation et de faux renseignements, s’annonce mal.  Son escadre composée de 44 vaisseaux va affronter la flotte anglo-hollandaise forte de 88 navires. Ce sera la bataille de Barfleur le 29 mai. Tourville, bien secondé par ses commandants ne perd pas un seul vaisseau et fait face avec ténacité.  Mais il doit se retirer vers Brest, Cherbourg n’offrant aucun abri alors, la flotte perd plusieurs navires incendiés par les brûlots anglais dont le « Soleil Royal » à Tatihou et la Hougue. Ce qui fut appelé « le désastre de la Hougue » eut des répercussions matérielles limitées mais les conséquences psychologiques et morales furent importantes dans l’opinion et dans l’esprit du roi qui se désintéressa de la marine, ne comprenant pas son importance. C’est là que naquit l’idée que les Français étaient incapables à mener la guerre d’escadres, ce qui entraînera bien des infortunes dans l’histoire de notre marine.
   Maréchal de France en 1693, Tourville continue les combats : coup de force de Lagos où il capture une centaine de navires marchands ennemis venant de Smyrne, provoquant un désastre économique d’une trentaine  de millions et une forte baisse des bourses de Londres et d'Amsterdam.
  En 1694, Tourville contribue aux sièges de Palamos et de Livourne puis se consacre à la défense des côtes méditerranéennes de l’Aunis et de Saintonge. Il décède à Paris le 28 mai 1701.

   Tourville reste l'un des plus grands marins de son époque. Saint-Simon dira  qu'il fut "de l’avis des Anglais et des Hollandais, le plus grand homme de mer qui eût été depuis un siècle ."
   Tacticien et stratège excellent, connaissant tous les aspects de son métier de marin, ce fut un officier complet, totalement dévoué au service.

Roger COGUIEC
Statue de Tourville
Statue de Tourville provenant du Trocadéro et érigée
dans les jardins de Coutances ( Manche ) non loin du château familial.


Timbre de Tourville
Emission de 1944

-1- Lire aussi, dans cette rubrique, la notice de Roger Coguiec sur Abraham Duquesne.

EN SAVOIR PLUS


Tourville un grand amiral français
Ed. Hachette 1942

Le maréchal de Tourville et son temps
Ed. de Paris 1943

Tourville
Ed. Marcus 1951

Tourville et son temps
Ed. Flammarion 1952
La Royale
Ed. Fayard 1996

Les trois ponts du chevalier de Tourville
Ed. Boudriot 1998

Tourville
Ed. Fayard 2002


Les 600 plus grandes batailles navales
Marines Editions 2011
Pages d'Histoire Navale
Ed. du Gerfaut 2004


Tourville chevalier du Levant
BD Ed. Vagabondages 2008

Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler