Retour à l'accueil Un plan pour aller directemnt sur une page Le salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos précédents salons Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poésies pour faire voguer nos rêves Des contes maritimes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Notre concours de nouvelles et les textes sélectionnés
Les Grands Marins du monde La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler
Des pages qui font aimer et respecter la mer.








HISTOIRES
 DE
MER










Cadeau d'anniversaire


Un bananier chargé
de ferraille



Partie de cache-cache
dans le brouillard



Rapports de mer


La sardine



Les vaisseaux de pierre



Un malamok
peut en cacher un autre


L'aventure câblière
de Déolen
en Locmaria-Plouzané



Le naufrage de La Sémillante


Nouméa:
la vie sur les pontons



Cyclone
dans le lagon calédonien



Histoires du large


La Marie-Jeanne


Le guetteur de Molène


Des liens de varech


Il a neigé sur la ville d'Ys


Quand j'étais castor


>La Pierre aux Femmes


Le naufrage effacé


Noël sur un bateau


Tempête en mer de Chine


Le gabier de La Saône


Vole, mon goéland !


Là-haut sur la mer


Les 8 vents de Majorque


Retour de pêche


Rencontre avec le Kurun


Rêveries arctiques


Les mers ne devraient pas mourir


La mascotte du Cévennes


Rêves de mousse


La vie d'un ancien port fluvio-maritime:
Pont-L'Abbé



Retour à Kernoch













Cadeau d'anniversaire


Un bananier chargé
de ferraille



Partie de cache-cache
dans le brouillard



Rapports de mer


La sardine



Les vaisseaux de pierre



Un malamok
peut en cacher un autre


L'aventure câblière
de Déolen
en Locmaria-Plouzané



Le naufrage de La Sémillante


Vie à la marina


Cyclone
dans le lagon calédonien



Histoires du large


La Marie-Jeanne


Le guetteur de Molène


Des liens de varech


Il a neigé sur la ville d'Ys


Quand j'étais castor


La Pierre aux Femmes


Le naufrage effacé


Noël sur un bateau


Tempête en mer de Chine


Le gabier de La Saône


Vole, mon goéland !


Là-haut sur la mer


Les 8 vents de Majorque


Retour de pêche


Rencontre avec le Kurun


Rêveries arctiques


Les mers ne devraient pas mourir


La mascotte du Cévennes


Rêves de mousse


La vie d'un ancien port fluvio-maritime:
Pont-L'Abbé



Demain, la mer...




 Les vaisseaux de pierre.
©
Un document historique de Georges Tanneau.

Une carvelle

Carte postale coll. Jakez Cornou. Maquette de carvelle réalisée au 1/20 par Alain Le Brun.
Centre de Découverte maritime de Penmarc'h.



Un passé qui laisse rêveur :

   Aux franges des rivages marins, sur les contreforts ou sur les pignons de l'église Saint-Nonna du bourg de Penmarc'h ( Tréoultré1 ) ainsi que sur les murs de la Tour Carrée de Saint-Guénolé, des voiliers, sculptés dans le granit, dressent leur grand mât à hune, soulignent les larges préceintes de leur coque, se haussent de châteaux avant et arrière et racontent à leur façon le passé glorieux de ce coin de Bretagne.
   Depuis bientôt cinq siècles, ces magnifiques navires figés dans la pierre nous invitent à naviguer à la recherche de ce temps lointain des maîtres de barque du Cap Caval 2 dont les nefs, les carvelles 3 et les caraques, sillonnèrent les mers d'Europe à l'aube du XVIème siècle.
Ces sculptures 4 ont souvent émerveillé, voire intrigué, les historiens et les chercheurs de tout acabit, mais, même quand les conclusions de leurs investigations ou de leurs thèses pouvaient les amener parfois à s'opposer, ils étaient toujours unanimes à reconnaître que les nombreuses représentations en forme d'ex-voto de ces navires de pêche, corsaires ou vaisseaux marchands de la Renaissance ne pouvaient être que le témoignage de la prospérité du Penmarc'h d'antan.

Dans les ports zélandais d'Arnemuiden et de Middelbourg, comme dans les ports anglais de Bristol et du Devon, on connaissait bien cette région de Bretagne devenue célèbre depuis les guerres médiévales grâce à ses marins-armateurs audacieux. Geoffroy Chaucer, poète et diplomate à la cour d'Edouard III, y situa l'un de ses "Contes de Cantorbery" 5:

" In armorik that called is Britayne
Ther was a knight that loved and did payne
To serve a lady in his best wise
Not far from Penmark their dwelling was (...) "

Dans l'Armorique que l'on nomme
Bretaigne
Il y avait un chevalier qui aimait et se donnait de la peine
A aimer une dame de plus noble façon (...)
Non loin de Penmarc'h se trouvait leur maison.6

Caraques et carvelles:

De ce passé glorieux de Penmarc'h, il ne reste désormais qu'un amalgame d'archives portuaires, de transactions maritimes, de récits historiques, de légendes et surtout, sur les murs de deux églises, quelques vaisseaux de pierre érodés par le temps.

Caraque de pierre de l'église Saint-Nonna.

La face ouest de l'église Saint-Nonna présente, à droite de son portail jumelé, une magnifique caraque dont la coque massive est renforcée de solides préceintes 7. Elle porte deux châteaux très élevés, un grand mât et un mât d'artimon dont on distingue les haubans. Son ancre et sa quille sont bien marqués et, sous son tableau arrière, on reconnaît assez nettement les ferrures du gouvernail d'étambot. Sur cette même façade, mais cette fois à gauche du portail, deux nefs à mât unique naviguent de conserve.

Le mur sud de l'édifice s'embellit de plusieurs sculptures parmi les gargouilles. Ici, deux caraques sont armées en guerre et arborent crânement leur pavillon ( celui de la Bretagne ? ). La première est située au-dessus d'un porche orné de poissons et d'oiseaux de mer. Sa coque, peu saillante, a beaucoup souffert des intempéries, mais sur sa dernière pierre, probablement taillée dans un granit au grain plus serré, deux personnages bien visibles se tiennent debout dans la hune. L'un brandit une épée et son compagnon une hache.


Hune pour deux.

Le second vaisseau de guerre est plus imposant et mieux conservé. Il porte trois mâts et se trouve sur le second gâble 8 en partant du porche. Un phare carré 9 est déployé sur son mât de misaine. Sur la vergue du grand mât, deux marins semblent occupés à carguer ou à ferler la grand voile. Dans la hune ou la gabie 10 de ce mât, deux autres matelots lèvent les bras vers les cieux. Le mât d'artimon porte sa vergue apiquée vers l'avant. On remarque sur le pont des gueules menaçantes de bouches à feu dont les deux plus grandes sont servies par un artilleur et semblent prêtes à cracher. Ces deux scènes relatent peut-être des expéditions de navires corsaires ou encore l'intervention des marins de Penmarc'h qui, dirigés par Michel Marion de Kerhuel, forcèrent les troupes de Charles VIII à lever leur blocus devant Nantes en août 1487.
Vaisseau de guerre avec bouches à feu

Barque de pêche.
Sur le premier gâble, un équipage de quatre hommes va à la pêche sous la protection de Saint-Nonna.  Deux des marins souquent sur les avirons. La mer, sous la quille de la chaloupe, grouille de poissons, mais le diable n'est pas loin. Il gesticule comme une pieuvre et voudrait jouer les trouble-fête. Gageons que le bon saint, protecteur de la paroisse, saura le chasser vers les abîmes.
Le quatrième gâble présente une carvelle aux voiles ferlées.

Un centre portuaire important:

Est-il besoin d'autres preuves que ces sculptures pour souligner que le destin des villages de la péninsule de Penmarc'h a de tout temps été intimement lié à la mer ? L'émergence d'un foyer portuaire dynamique en ce lieu s'est développée au moyen-âge en raison de la situation géographique qui faisait du Cap Caval, comme du Conquet, un de ces points de passage privilégiés et une relâche appréciée entre le Golfe de Gascogne et la mer du Nord. Cette fonction d'escale prenant au XIIIème siècle une importance croissante, cela ne pouvait qu'inciter les marins de Penmarc'h à s'insérer rapidement dans le grand courant qui passait à leur porte. Ce qu'ils firent d'abord avec leurs chaloupes de pêche, puis avec des nefs et des caraques de plus en plus grosses. Ils adoptèrent enfin des navires d'un type nouveau désignés à Bordeaux et à Nantes sous le nom de "carvelles". Ces navires armés au cabotage avaient une jauge moyenne de 70 tonneaux. D'après les recherches récentes effectuées par des professeurs de l'Université de Rennes et de l'Université de Brest, on peut désormais estimer à 150 unités la flottille de Penmarc'h engagée au grand cabotage européen et à autant d'unités les barques qui armaient à la pêche et au petit cabotage.

L'armement de toutes ces nefs, caraques, carvelles et chaloupes de pêche exigeait évidemment un réservoir de main d'œuvre qualifiée que l'on peut estimer à plus de 2500 matelots. Ces marins étaient eux-mêmes soutenus par une population active d'artisans et de marchands. Ce qui équivaut à affirmer, sans risque de se tromper, que même si une partie non négligeable de ces gens de mer était recrutée dans l'ensemble des hameaux du Cap Caval ou encore de la Basse Cornouaille, le Penmarc'h du XVème siècle était devenu un peu plus qu'un grand bourg: une véritable petite ville.

L'effondrement:

Des manuscrits nous racontent que cette petite ville si prospère, qui s'enorgueillissait jadis de moult nobles et riches demeures, avait connu vers la fin du XVIème siècle une fin tragique, et fut ravalée en quelques décennies au rang de village fantôme. L'engloutissement de la légendaire cité d'Ys mis à part, ce fut pour beaucoup d'historiens et de romanciers une descente aux enfers, un désastre incommensurable, un des effondrements les plus brutaux et les plus radicaux que n'ait jamais connu une agglomération de l'ancien duché de Bretagne.
Dans leurs ouvrages respectifs intitulés tous deux "Voyage dans le Finistère", Jacques Cambry 11 en 1794 puis Jean-François Brousmiche 12 en 1831 évoquent  "une grande quantité de ruines éparses en tous lieux et sur une grande étendue". Elles semblaient provenir "d'une ville qui avait dû être florissante et où de nombreuses demeures portaient tourelles, enceintes crénelées et mâchicoulis".
Eglises gothiques de Tréoultré, de Kérity, de Saint-Guénolé, chapelles de Saint-Pierre, de Saint-Marc, de la Joie, de la Madeleine, manoirs, grange à dîme et tour de guet à échauguette, voilà qui, de nos jours, peut encore étonner et laisser rêveurs les amoureux des vieilles pierres.
Que s'était-il donc passé ici ? Quel désastre avait transformé l'ancien Penmarc'h en champ de ruines ?

L'église de Kérity Le village de Kerbézec

Ci-dessus: Kerbézec


A gauche: l'église de Kérity

A droite: la Tour Carrée
de Saint-Guénolé.
La Tour Carrée de Saint-Guénolé

De son "union" avec la France en 1532, la Bretagne hérita malheureusement 50 ans plus tard des guerres de religions. Par ses victoires et son abjuration, Henri IV réussit à ramener la paix en France en 1594, mais les hostilités allaient se poursuivre en Bretagne jusqu'en mars 1598, c'est-à-dire un mois avant l'édit de tolérance de Nantes.
Appuyés par les Espagnols et sous l'autorité du duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne, les ligueurs bretons refusèrent de se soumettre au nouveau roi de France. Parmi eux se trouvait un certain Guy Eder de la Fontenelle. Audacieux et féroce, celui-ci prit, à 17 ans, la tête d'un millier de soudards, transforma l'île Tristan, près de Douarnenez, en un formidable repaire, et ravagea la Basse Bretagne, de Tréguier à Vannes. Sous le couvert de la Ligue ( parti des catholiques ) et sous prétexte que le seigneur de Pont-L'Abbé, Charles du Quelennec, dit Soubise 13, était protestant, il s'acharna plus particulièrement sur la campagne et les populations de Plogastel-St-Germain, Penmarc'h et Pont-Croix. Mais il échoua cependant devant Brest et Quimper. Sa brève existence 14 fut jalonnée de pillages, d'incendies, de meurtres et de viols.


L'île Tristan, près d Douarnenez.
 Fontenelle, dit "le Beau Guyon" avait rebaptisé l'île Tristan "île Guyon".
Carte de Nicolas Bellin. "Petit Atlas Maritime". 1764.


Son nom reste attaché de la façon la plus sinistre au sac et à la ruine du vieux Penmarc'h en 1595.
Plus de manoirs, plus d'églises portant toitures, plus de riches armateurs. Les pirates étaient passés par là et, après avoir fait couler le sang, ils avaient dispersé les survivants, pillé toutes les demeures, brûlé ou emporté avec eux des centaines de navires 15.

Dès lors, Penmarc'h fut durant près de deux siècles rayé de la carte. Ce fut l'abandon et la dégradation de son patrimoine architectural. Les maisons s'écroulèrent les unes après les autres pour devenir ce champ de ruines évoqué par les voyageurs et propre à enflammer l'imagination de nombreux romanciers.

Georges Tanneau,
2 mars 2007.



1- Ancien nom du bourg de Penmarc'h. Penmarc'h étant jadis le nom de la péninsule et de la pointe rocheuse qui la prolonge.
2- Autre nom du Pays Bigouden. Le navigateur massaliote Pythéas le nomma Cap Kabaïon au 4ème siècle avant notre ère. Les Romains le renommèrent Caput Caballi ( du latin caput = tête ou chef, et du gallo-romain caballi = de cheval ). Les Bretons allaient tout naturellemnt traduire cette appellation pour en faire Pen Marc'h ( tête de cheval ).
3- Au XVIème siècle, pour s'adapter aux conditions des mers du nord, certaines caravelles remplaceront leurs voiles latines par des voiles carrées et changeront de mâture. Elles deviendront des caravelas redondas, autrement dit des carvelles.
4- Sept navires sur l'église du bourg de Penmarc'h, quatre autres sur la Tour Carrée de Saint-Guénolé , vestige d'une église tréviale.
5- "Canterbury Tales", vers 1380.
6- Traduction libre.
7- Sur un navire, bordages plus épais que les autres et formant autour de la coque une ceinture de renfort.
8- Sur une église, pignon décoratif triangulaire.
9-
Voile carrée.
10- Ancien nom du "nid de pie" en forme de grand panier ( gabion ) où se tenait le "gabier" de vigie.
11- Cambry fut chargé par l'Administration du Finistère, en 1794, de dresser l'inventaire des objets ayant échappé au vandalisme des sans-culottes.
12- Brousmiche, employé de perception en 1831, réalisa une étude assez semblable à celle de Cambry.
13- Soubise fut assassiné à Paris en tentant de porter secours à l'amiral de Coligny le 24 août 1572, la nuit de la Saint-Barthélémy.
14- Fontenelle fut exécuté en 1602 sur la roue, à Paris, à l'âge de 29 ans.

15- Plus de 300 navires, bateaux et barques de tous volumes suivant certaines estimations d'historiens. Nombre de ces navires, dirigés sur Douarnenez, auraient servi à rendre l'île Tristan inexpugnable.

Lire sur ce site, du même auteur, le poème "La cité perdue".
Voir aussi le livre de Jean-Pierre Blaise et Olivier Cousin "Rêves de pierres"



Retour à l'accueil Plan du site Notre salon de cette année Les auteurs invités cette année Nos salons précédents Les auteurs et les livres de tous nos salons
Un coup de cœur pour un livre De courts récits maritimes Des poèmes pour faire voguer nos rêves Des contes pour tous les âges L'histoire maritime du Conquet Les meilleures nouvelles sélectionnées
Le Club d'Orthographe La Dictée Océane Un jeu pour tester ses connaissances maritimes Tout savoir sur notre association Les entreprises qui nous aident Nous écrire ou nous parler